Menaçant ses adversaires, Israël révèle une opération top-secret menée en Syrie

Menaçant ses adversaires, Israël révèle une opération top-secret menée en Syrie© Handout Source: Reuters
Le site syrien d'une installation nucléaire présumée à Deir ez-Zor, avant et après l'attaque israélienne du 6 septembre 2007, selon les images fournies par Tsahal

Dix ans après les faits, Tsahal a reconnu avoir détruit lors d'une opération secrète une installation nucléaire présumée près de Deir ez-Zor en Syrie. Une confidence en forme d'avertissement adressé au Moyen-Orient et plus particulièrement à l'Iran.

L'armée israélienne a révélé le 21 mars avoir mené une opération secrète près de Deir ez-Zor en Syrie en 2007 pour détruire ce qu'elle affirme être une installation nucléaire.

«Dans la nuit du 5 au 6 septembre 2007, l'armée de l'air israélienne a détruit une installation nucléaire dont la construction allait être achevée, dans la région de Deir ez-Zor en Syrie», a ainsi déclaré Tsahal dans un communiqué de presse cité par Reuters. «Quatre F-16 ont éliminé une menace nucléaire non seulement pour Israël, mais pour toute la région», poursuit le communiqué.

Une décision qui s'appuyait selon Tsahal sur des informations recueillies par la direction du renseignement militaire israélien, qui surveillait l'activité sur le site syrien depuis deux ans. Dans un mémo «top secret» déclassifié, Tel Aviv accuse Damas d'avoir tenté de construire, avec l'aide de la Corée du Nord, un réacteur nucléaire pour la production de plutonium, qui serait devenu actif «vers la fin de 2007».

De son côté, la Syrie a toujours démenti que l'installation en question abritait un site nucléaire.

Un message à tout le Moyen-Orient

La révélation de cette opération, restée secrète pendant plus de dix ans, sert un objectif précis, comme l'a ouvertement reconnu le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman : adresser un message à tout le Moyen-Orient.

«La puissance de notre armée, de notre aviation et de nos capacités de renseignements s'est fortement renforcée par rapport à 2007. Cette équation, chacun au Moyen-Orient a intérêt à en tenir compte», a-t-il ainsi menacé dans un communiqué.

Reprenant le même argument, le ministre chargé des services de renseignements Yisrael Katz a affirmé sur son compte Twitter que l'opération menée en 2007 avait permis de «faire comprendre qu'Israël ne permettra[it] jamais que l'arme nucléaire tombe dans les mains de ceux qui menacent son existence». Et de préciser sans l'ombre d'un doute qui il visait par là : «La Syrie hier, l'Iran aujourd'hui.»

Auteur: RT France

Lire aussi : «Ne testez pas la détermination d'Israël !», Netanyahou met l'Iran en garde (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter