Le président tchèque demande au Royaume-Uni de fournir des preuves sur l'affaire Skripal

Le président tchèque demande au Royaume-Uni de fournir des preuves sur l'affaire Skripal© David W.Cerny Source: Reuters
Le président tchèque Milos Zeman

Londres, suivi par de nombreux pays occidentaux, accuse Moscou d'être responsable de l'empoisonnement de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal. Le président tchèque, lui, souhaiterait que le Royaume-Uni présente des faits appuyant ces allégations.

«Je veux voir les faits. J’apprécierais que le Royaume-Uni présente des preuves démontrant que les Russes voulaient tuer l'agent double [russe] Skripal», a déclaré le 27 mars le président tchèque, Milos Zeman, à l'agence de presse tchèque Blesk. Si son pays, à l'instar de nombreux autres Etats occidentaux, a décidé le 26 mars d'expulser trois diplomates russes, le chef d'Etat a toutefois estimé que cette décision était «quelque peu superflue». «Laissez-faire. Avec le temps, ils [les diplomates] reviendront», a-t-il ajouté.

Milos Zeman, qui est souvent accusé d'être «pro-russe» par ses adversaires politiques ou par la presse, a également rejeté les allégations selon lesquelles le Kremlin l'aurait contacté dans le but d'influencer sa position sur l'affaire Skripal. «Personne de Moscou ne m'a contacté et ne m'a pas rendu visite», a-t-il balayé.

Le 26 mars, Milos Zeman a en outre ordonné à ses services de renseignement d'ouvrir une enquête afin de déterminer si l'agent innervant utilisé pour empoisonner Sergueï Skripal sur le sol britannique pouvait être originaire de son pays. Cité par l'agence Reuters, le porte-parole de Milos Zeman a fait savoir que le BIS (le Service de sécurité et de renseignement tchèque) avait été saisi en réponse aux allégations de la Russie selon lesquelles le poison pourrait provenir, parmi d'autres pays, de République tchèque.

Londres a désigné Moscou le 14 mars comme responsable de l'empoisonnement de l'ancien agent double russe Sergueï Skripal le 4 mars à Salisbury. Le Royaume-Uni avait alors décidé d'expulser déjà 23 diplomates russes et annoncé le gel des relations bilatérales. La Russie, qui clame son innocence et accuse Londres de ne «pas vouloir entendre les réponses», avait ordonné en représailles l'expulsion de diplomates britanniques et la fin des activités du British Council sur son territoire. Le 23 mars, les 28 Etats de l'Union européenne, emboîtant le pas au Royaume-Uni, avaient à leur tour jugé «très probable» la culpabilité de la Russie dans cette affaire.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»