Burundi : la police interpelle un couple non marié et l'humilie en public (VIDEO)

Burundi : la police interpelle un couple non marié et l'humilie en public (VIDEO)© Esdras Ndikumana Source: AFP
Une patrouille de police dans les rues de Bujumbura, la capitale du Burundi (image d'illustration)

Des vidéos de l'arrestation d'un couple au Burundi ont émergé sur les réseaux sociaux, dans lesquelles ont voit les policiers les mettre publiquement dans une situation inconfortable. Leur tort : ne pas être mariés, ce qui est illégal dans le pays.

Depuis le début de l'année au Burundi, une nouvelle loi rend illégal le fait d'être en concubinage sans être marié. Soucieux d'appliquer ce nouveau texte, des policiers ont récemment arrêté un couple dans un hôtel, tout en filmant l'interpellation.

Sur les images qui ont fuité sur les réseaux, dénichées et traduites par France 24, on aperçoit une dizaine de policiers hilares entourer le jeune couple et les mettre publiquement dans une situation particulièrement inconfortable. «Filmez-le», lance notamment l'un d'eux, poussant ses collègues à sortir leur téléphone portable pour immortaliser la scène. «On va statuer sur votre cas», leur confie alors un autre.

Auteur: Les Observateurs France24

Dans une seconde vidéo, le couple est assis par terre, et les policiers tancent la fille qui réajuste sa perruque : «Tu te déguises en plus ?». «Je te jure, cette fille est trop belle, le téléphone la met en valeur», poursuit l'un d'eux dans la courte séquence.

Auteur: Les Observateurs France24

Cette interpellation, qui n'est pas un cas isolé selon le blog Yaga Burundi cité par France 24, témoigne des premiers effets de la «campagne de moralisation de la société» entreprise par le président du Burundi Pierre Nkurunziza l'an dernier. 

Chrétiens évangélique, ce dernier a proclamé une loi interdisant le concubinage pour lutter contre la croissance démographique de son pays, causée, selon lui, en partie par les couples non mariés et les grossesses juvéniles. Les contrevenants s'exposent à une amende et même une peine de prison jusqu'à ce qu'ils régularisent leur situation.

Lire aussi : Excision : comment les parents contournent la loi et font mutiler leurs adolescentes en Afrique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.