Un premier groupe de djihadistes dépose les armes et évacue la Ghouta orientale (VIDEO)

Un premier groupe de djihadistes dépose les armes et évacue la Ghouta orientale (VIDEO)© HO / SANA Source: AFP
Un groupe de djihadistes évacue la Ghouta orientale par le couloir humanitaire, le 9 mars

Après de longs pourparlers, un groupe de 13 djihadistes a été évacué de la Ghouta orientale, en Syrie, vers la province d'Idleb. La situation demeure critique, l'ONU ayant reconnu que les rebelles tiraient sur les civils tentant de fuir.

Un premier groupe de 13 djihadistes a quitté la Ghouta orientale, en Syrie, par le couloir humanitaire d'al-Wafidin, le 9 mars. Mis en place par le gouvernement syrien, ce couloir est à disposition autant des civils qui fuient les combats que des combattants anti-gouvernementaux prêts à déposer les armes.

Une vidéo de l'évacuation a été diffusée par la télévision publique syrienne, sur laquelle ont voit les hommes qui se sont rendus s'installer avec leurs effets personnels dans un car devant partir en direction de la province d'Idleb, sous la surveillance de militaires syriens.

Auteur: RT France

Cette évacuation, qui s'est déroulée sans incidents, a été rendue possible par les «longs pourparlers» entre le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie et certains groupes djihadistes de la Ghouta orientale, selon un communiqué du général russe Youri Yevtushenko, diffusé le 9 mars. Ce dernier a en outre précisé que des négociations se poursuivaient au sujet de la capitulation d'autres combattants extrémistes. «Certains représentants de groupes armés illégaux ont intensifié leurs tentatives de contacter les forces gouvernementales syriennes et le Centre russe pour la réconciliation avec pour objectif de discuter de leur séparation du groupe terroriste du Front al-Nosra», a également déclaré Youri Yevtushenko dans son communiqué. 

Dans le même temps, le groupe djihadiste Jaïch al-Islam (L'Armée de l'islam) a annoncé avoir libéré de ses prisons des combattants de Tahrir al-Cham (affilié à al-Nosra, ancienne branche d'Al-Qaïda en Syrie) afin qu'ils puissent rejoindre Idleb. Le groupe n'a toutefois pas confirmé qu'il s'agissait des combattants évacués par le couloir humanitaire évoqués par l'armée russe.

Dans sa résolution du 24 février réclamant un cessez-le-feu en Syrie, le Conseil de sécurité de l'ONU avait précisé qu'étaient exclus de cette trêve «les individus, groupes, entités, associés à al-Qaïda et à l'Etat islamique.» Partant, des groupes rebelles tels que Jaïch al-Islam se sont engagés à «expulser» de l'enclave les djihadistes de l'ex-branche d'al-Qaïda.

Un responsable de l'ONU reconnaît que des snipers rebelles visent les couloirs humanitaires

La situation reste toutefois très tendue dans la Ghouta orientale, selon Youri Yevtushenko, qui a souligné que les terroristes continuaient de bombarder les zones civiles de Damas et de cibler tous ceux qui tentaient de fuir l'enclave par le couloir humanitaire.

Une assertion reprise, une fois n'est pas coutume, par Sajjad Malik, un responsable des Nations Unis, dans les colonnes du New York Times du 9 mars. Ce dernier a expliqué que deux personnes avaient été tuées par des snipers rebelles, alors qu'elles empruntaient avec leur famille le couloir humanitaire, dans une zone sous contrôle de Jaïch al-Islam.

«Les attaques sont menées même pendant les pauses humanitaires», a déploré le général Youri Yevtushenko, ajoutant que la situation était si terrible que certains civils se préparaient à tenter de fuir en contournant les couloirs humanitaires. Dans ce contexte critique, le Centre russe pour la réconciliation des parties est toutefois parvenu à assurer la livraison de 74 tonnes de nourritures et de médicaments dans l'enclave, en escortant le convoi humanitaire des Nations unies et du Croissant Rouge arabe syrien le 9 mars.

Le 27 février, l'ONU a constaté la reprise des combats dans la Ghouta orientale, à proximité de Damas, malgré l'annonce par Moscou d'une trêve humanitaire quotidienne, conformément à la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU du 24 février. L'agence syrienne Sana avait alors fait état de tirs de roquettes sur Damas en provenance de l'enclave rebelle, visant les couloirs humanitaires.

Lire aussi : Moscou accuse les rebelles d'avoir attaqué un convoi de 300 familles cherchant à fuir la Ghouta

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.