«Que la grand-mère allemande puisse venir» : la soupe populaire d'Essen ne sert plus d'étrangers

«Que la grand-mère allemande puisse venir» : la soupe populaire d'Essen ne sert plus d'étrangers© MIGUEL MEDINA Source: AFP
Image d'illustration

En raison de l'afflux de réfugiés dû à la crise migratoire et de leur comportement, les responsables de la soupe populaire à Essen en Allemagne ont décidé de ne plus servir que les personnes disposant d'un passeport allemand.

Pour continuer à pouvoir servir les pauvres allemands, la soupe populaire de la ville d'Essen dans l'ouest du pays a pris une décision radicale : elle n'accueillera désormais plus que des personnes détentrices d'un passeport allemand.

Une décision que l'organisation, la Tafel, justifie en raison de l'augmentation du nombre de réfugiés au cours des dernières années. En raison de ce phénomène, la proportion de citoyens étrangers parmi les personnes servies est aujourd'hui «montée à 75%», soutient ainsi la Tafel dans des propos rapportés par Le Figaro. Or, avant la crise migratoire, les étrangers ne représentaient que 35% de la population aidée note l'organisation.

«Nous voulons que la grand-mère allemande puisse continuer à venir», a expliqué aux médias allemands le responsable de la Tafel à Essen, Jörg Sartor. Selon lui, les femmes n'oseraient plus venir en raison du comportement de certains réfugiés, qui leur «manquent de respect» ou encore qui n'hésitent pas à «bousculer» dans les files d'attente. D'une manière plus générale, Jörg Sartor a dénoncé l'attitude de «profiteurs» de certains demandeurs d'asile. 

Cette décision de la Tafel d'Essen a été très mal perçue en Allemagne, à commencer par les autres soupes populaires qui s'en sont rapidement désolidarisées. «Il est très clair que l'urgence sociale doit l'emporter sur l'origine», a insisté Jochen Brühl, le président de la Tafel au niveau fédéral, jugeant que le signal d'alarme tiré à Essen n'était «pas compréhensible».

Les responsables locaux de la soupe populaire d'Essen se sont défendus en expliquant que la mesure n'était que temporaire et que les étrangers qui fréquentaient déjà l'endroit pouvaient continuer à venir, avant d'affirmer qu'ils ne reviendraient pas sur leur décision.

Lire aussi : Face aux violences, une ville allemande interdit l'arrivée de nouveaux migrants

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»