Le gouvernement irlandais va initier un référendum sur le droit à l’avortement

Le gouvernement irlandais va initier un référendum sur le droit à l’avortement© Clodagh Kilcoyne Source: Reuters
Manifestants lors d'une marche pro-avortement à Dublin le 30 septembre 2017

En Irlande, l'avortement est interdit, sauf s'il permet de sauver la vie de la mère. Mais le gouvernement a décidé d'organiser un référendum pour abolir le 8e amendement de la Constitution qui proscrit l'interruption volontaire de grossesse.

Le gouvernement irlandais, dirigé par le parti de centre droit Fine Gael, a décidé de remettre en question les lois très restrictives concernant l’avortement dans le pays. En 1983, un référendum avait mené à l’inscription suivante dans la constitution : «L'Etat reconnaît le droit à la vie du fœtus et, dû au respect du droit égal de la mère, garantit dans sa loi ce respect, [...] et défendra ce droit avec ses lois et lui donnera raison.» Il bannit de fait l’avortement dans quasiment tous les cas de figure, sauf lorsque la vie de la mère est menacée par la grossesse.

Selon le quotidien britannique The Guardian, l'administration irlandaise s’est réunie le 29 janvier pour décider de l’organisation du référendum. Cette décision, annoncée le 27 janvier, a été initiée par le Premier ministre Leo Varadkar. Le chef de l'exécutif sera soutenu par 18 de ses députés, tandis que quatre s’opposent à cette mesure et que 28 ne se prononcent pas. Afin de s’assurer du soutien dans sa démarche, le Fine Gael fera alliance avec un bloc de députés indépendants.

L’association pro-choix The Coalition to Repeal the Eighth Amendment (La coalition pour abroger le huitième amendement, en français), a signalé qu’elle espérait que le référendum aurait lieu en mai, arguant que les étudiants seraient plus disponibles pour voter qu’en juin, lorsqu'ils quittent le pays pour les vacances ou pour travailler. L'association qui mène campagne, annonce des événements à venir pour faire la promotion de l'abrogation de cet amendement. 

Les opposants et associations pro-vie se mobilisent également. Selon The Independent, l’évêque d’Elphin, une petite ville du comté de Roscommon, a envoyé une lettre aux églises le 28 novembre dernier, redoutant que l’autorisation de l’avortement ne pave la voie à l’euthanasie ou à la mise à mort des handicapés en Irlande.

Les sondages sur le résultat de ce référendum qui divise autant les partis politiques que la population ne permettent de dégager une tendance claire. Une étude publiée dans le Sunday Business Post a évalué que 60% des Irlandais étaient favorables à l’abrogation du 8e amendement, mais ce chiffre tombe à 51% si la délai pour pratiquer cette intervention se monte à 12 semaines.

L’association pro-choix a estimé à plus de 198 000 le nombre d’Irlandaises ayant avorté depuis 1968, clandestinement ou en changeant de pays. Selon elle, neuf femmes quittent l’Irlande par jour pour pratiquer une interruption volontaire de grossesse dans les pays voisins et trois prennent une pilule abortive sur place, délit pour lequel elles risquent jusqu’à 14 ans de prison.

Lire aussi : A Paris, la Marche pour la vie émaillée d'incidents (IMAGES)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.