Damas menace d'abattre les avions turcs qui mèneraient des opérations sur son territoire

Damas menace d'abattre les avions turcs qui mèneraient des opérations sur son territoire© Ingo Wagner Source: www.globallookpress.com
Un avion de guerre turc

Le gouvernement syrien a mis en garde la Turquie contre le lancement d'une opération militaire dans la province syrienne d'Afrin, affirmant être «prêt à détruire les avions turcs». Ankara avait menacé d'attaquer les milices kurdes de la région.

«Nous avertissons les dirigeants turcs que s'ils lancent des opérations de combat dans la région d'Afrin [nord-ouest], cela sera considéré comme un acte d'agression par l'armée turque», a déclaré le vice-ministre syrien des Affaires étrangères Faisal Meqdad, le 18 janvier, selon des propos rapportés par l'agence publique syrienne Sana.

Les défenses aériennes syriennes ont recouvré toutes leurs forces et sont prêtes à détruire les cibles aériennes turques dans le ciel de Syrie

«Les défenses aériennes syriennes ont recouvré toutes leurs forces et sont prêtes à détruire les cibles aériennes turques dans le ciel de Syrie», a-t-il ajouté.

Cette déclaration intervient peu après que le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé, le 15 janvier, de lancer une attaque contre les milices kurdes dans la région syrienne d'Afrin, afin d'empêcher la création d'une «force frontalière» soutenue par les Etats-Unis. L’administration américaine envisagerait entre autres de porter son effectif à 30 000 hommes, et d'en confier la direction aux Unités de protection du peuple kurdes (YPG), ennemis jurés de la Turquie.

Plusieurs médias locaux ont rapporté le 15 janvier que le chef de l'Etat turc avait qualifié ladite force d'«armée terroriste».

La Turquie est déjà présente militairement sur le sol syrien, bien que Damas ne lui en ait jamais donné l'autorisation. En réaction au lancement d'une opération militaire turque en Syrie incluant des chars, le 12 octobre 2017, Mohamed Ramez Torjmane, le ministère syrien de l'Information, avait réclamé le départ immédiat de ces forces, invoquant une agression flagrante contre la souveraineté et l'intégrité territoriale du pays. La Turquie avait alors assuré opérer dans le cadre de la mise en application d'une «zone de désescalade», conformément aux accords d'Astana – une justification contestée par Damas. 

Le 22 décembre 2017, l’ambassadeur de Syrie auprès des Nations unies, Bachar al-Jaafari, a de nouveau demandé aux troupes turques, mais aussi américaines, de quitter le pays au plus vite.

Lire aussi : Erdogan menace de lancer une offensive pour débarrasser une ville syrienne de la «terreur» kurde

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»