«Menace pour le monde» : le Conseil de sécurité de Russie dénonce l'hégémonisme des Etats-Unis

«Menace pour le monde» : le Conseil de sécurité de Russie dénonce l'hégémonisme des Etats-Unis
Soldats et équipements militaires américains en Roumanie, photo ©Reuters

La mise à jour des options de politique étrangère étasunienne, présentée par Donald Trump le 18 décembre, suscite la désapprobation des grandes puissances partisanes d'un monde multipolaire. Washington se refuse toujours à partager son leadership.

La nouvelle stratégie géopolitique des Etats-Unis – dite «nationale» – dévoilée par Donald Trump le 18 décembre 2017 a le mérite de la clarté. Et pour le chef du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie Nikolaï Patrouchev, elle a de quoi inquiéter. «La réalisation des objectifs décrits dans le document, notamment la consolidation des positions internationales des Etats-Unis par le moyen de la puissance, peut présenter une menace pour la sécurité régionale et internationale», a-t-il jugé devant des journalistes à Moscou.

«America first, la fondation du leadership américain dans le monde»

De fait, le document, publié par la Maison-Blanche et paraphé par Donald Trump, ne fait aucun mystère des objectifs de la politique étrangère américaine. Si le président des Etats-Unis le présente comme une «vision stratégique» destinée à protéger le peuple américain, ainsi que l'«American way of life», les grandes lignes concernent plutôt le reste du monde. La Russie et la Chine y sont particulièrement visées, et qualifiées de «puissances révisionnistes [remettant en cause le système international actuel]».

«"America first" est le devoir de notre gouvernement et la fondation du leadership américain dans le monde», déclare ainsi Donald Trump en introduction du texte, appelant en outre à préserver la «paix par la force» .

Cette défense de la pax americana a suscité la réprobation des pays visés, tels la Russie et la Chine. «Nous exhortons les Etats-Unis à ne pas déformer intentionnellement les intentions stratégiques de la Chine et à abandonner les notions obsolètes telles que la mentalité de guerre froide et le jeu à somme nulle [où le gain de l'un constitue obligatoirement une perte pour l'autre]», a ainsi déploré la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a pour sa part regretté le 19 décembre le caractère «impérialiste» du document, dernier en date produit par la Maison-Blanche depuis février 2015, sous l'administration de Barack Obama, président... et prix Nobel de la paix.

Lire aussi : Toujours au nom de l'«agression russe», Washington va encore renforcer ses bases en Europe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter