«Mentalité de guerre froide» : la Russie et la Chine dénoncent la stratégie «impérialiste» des USA

«Mentalité de guerre froide» : la Russie et la Chine dénoncent la stratégie «impérialiste» des USA© Maxim Shemetov Source: Reuters
Image d'illustration

Pour le Kremlin, la nouvelle stratégie de sécurité américaine dévoilée par Donald Trump, qui présente la Russie et la Chine comme des menaces, marque le refus de Washington d'un monde multipolaire.

Les divergences idéologiques entre la Russie et les Etats-Unis sur les dynamiques géopolitiques du monde ne sont un secret pour personne. Elles viennent de connaître un nouvel épisode public suite à la publication par la Maison Blanche d'un rapport sur la stratégie de sécurité nationale des Etats-Unis – qui place Pékin et Moscou en tête des menaces – auquel le Kremlin a vivement réagi ce 19 décembre.

«Le caractère impérialiste de ce document est évident, tout comme le refus [de Washington] de renoncer à un monde unipolaire, un refus insistant», a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, tout en maintenant que les autorités russes ne pouvaient pas accepter d'être traitées «comme une menace à la sécurité des Etats-Unis».

Malgré tout, le porte-parole du Kremlin a tenu à souligner les «modestes points positifs» du document, citant notamment le passage sur «la volonté [de Washington] de coopérer avec la Russie dans les domaines où cela correspond aux intérêts des Américains». «Cela correspond à notre approche aussi, puisque Moscou cherche à coopérer avec les Etats-Unis là où cela nous est avantageux», a expliqué Dmitri Peskov.

Mis au même titre que Moscou sur le banc des accusés, Pékin a également contesté le bien-fondé de la vision américaine. «Nous exhortons les Etats-Unis à ne pas déformer intentionnellement les intentions stratégiques de la Chine et à abandonner les notions obsolètes telles que la mentalité de guerre froide et le jeu à somme nulle [où le gain de l'un constitue obligatoirement une perte pour l'autre]», a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hua Chunying. Et d'adresser un message en forme d'avertissement : «Sinon cela nuira seulement à [Washington] ou à d'autres.»

Le 18 décembre, Donald Trump a dévoilé dans un document la nouvelle stratégie des Etats-Unis, établie autour de quatre «piliers» : protéger le territoire, promouvoir la prospérité américaine, préserver la «paix par la force» et faire progresser l'influence américaine. Parmi les menaces pesant sur les Etats-Unis, sont placées en tête de liste les «puissances révisionnistes [remettant en cause le système international actuel], comme la Chine ou la Russie», deux pays qui chercheraient, à «former un monde antithétique aux intérêts et valeurs [des Etats-Unis]». Viennent ensuite les dictateurs régionaux, les terroristes djihadistes, puis les organisations criminelles transnationales.

Lire aussi : Toujours au nom de l'«agression russe», Washington va encore renforcer ses bases en Europe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter