Vidéo d'un ours blanc famélique : des scientifiques doutent du lien avec le réchauffement climatique

Vidéo d'un ours blanc famélique : des scientifiques doutent du lien avec le réchauffement climatique© Fabrizio Bensch Source: Reuters
Illustration : un ours blanc du zoo de Berlin.

Une vidéo d'un ours blanc amaigri postée sur Instagram, devenue virale, avait été présentée par nombre de médias comme une illustration des ravages causés par le réchauffement climatique. Des scientifiques ont remis en cause cette lecture.

Les images d'un ours blanc famélique publiées sur Instagram le 5 décembre 2017 avaient ému plus d'1,4 million d'internautes. De nombreux médias les avaient en outre présentées comme une illustration des effets délétères du réchauffement climatique.

Le lien entre l'état pathétique du plantigrade en question et le réchauffement climatique a néanmoins soulevé des doutes au sein de la communauté scientfique. C'est le cas de Jeff Higdon, scientifique spécialiste de la faune, qui ne voit dans la vidéo qu'un ours malade et trop faible pour se nourrir.

Il est bien plus probable qu'il soit en train de mourir pour des raisons de santé

My entire @Sea_Legacy team was pushing through their tears and emotions while documenting this dying polar bear. It’s a soul-crushing scene that still haunts me, but I know we need to share both the beautiful and the heartbreaking if we are going to break down the walls of apathy. This is what starvation looks like. The muscles atrophy. No energy. It’s a slow, painful death. When scientists say polar bears will be extinct in the next 100 years, I think of the global population of 25,000 bears dying in this manner. There is no band aid solution. There was no saving this individual bear. People think that we can put platforms in the ocean or we can feed the odd starving bear. The simple truth is this—if the Earth continues to warm, we will lose bears and entire polar ecosystems. This large male bear was not old, and he certainly died within hours or days of this moment. But there are solutions. We must reduce our carbon footprint, eat the right food, stop cutting down our forests, and begin putting the Earth—our home—first. Please join us at @sea_legacy as we search for and implement solutions for the oceans and the animals that rely on them—including us humans. Thank you your support in keeping my @sea_legacy team in the field. With @CristinaMittermeier #turningthetide with @Sea_Legacy #bethechange #nature #naturelovers This video is exclusively managed by Caters News. To license or use in a commercial player please contact info@catersnews.com or call +44 121 616 1100 / +1 646 380 1615”

Une publication partagée par Paul Nicklen (@paulnicklen) le

«Cet ours est en train de mourir, mais à mon avis, il n'est pas en train de mourir parce que la glace a subitement disparu [...] Il est bien plus probable qu'il soit en train de mourir pour des raisons de santé», a-t-il ainsi jugé sur Twitter, s'attirant par ailleurs une volée de critiques d'internautes. Et le biologiste d'ajouter que dans la région où la vidéo avait été tournée, la couche de glace avait toujours était fine, laissant la terre à l'air libre.

Souvent l'usure de la vie les rattrape

L'ONG Polar Bear International (PBI) se montre également réservée sur les raisons du mauvais état de santé de l'ours. «La famine qui a mené à la situation présentée dans cette vidéo pourrait être liée à la vieillesse, aux blessures, aux maladies ou à d’autres facteurs qui limitent son succès à capturer des proies», tempère le scientifique en chef de PBI, cité par Le Monde. «Cet ours semble être un vieux mâle. Il a quelques cicatrices», note un autre scientifique, Andrew Derocher, également cité par Le Monde. Et le professeur de biologie à l’université d’Alberta et spécialiste des ours polaires d'ajouter : «Souvent, l’usure de la vie les rattrape.»

Sur Instagram, le biologiste et photographe animalier Paul Nicklen qui a tourné la vidéo de cet ours blanc, suggérait, lui, un lien entre le réchauffement climatique et la situation de l'animal : «L'ours n'était pas vieux et il est certainement mort quelques heures ou quelques jours après ce moment [...] Si la température de la Terre continue d'augmenter, nous allons perdre les ours et la totalité des écosystèmes polaires.»

Lire aussi : Macron et Merkel à la COP23 : le moteur franco-allemand tourne au nucléaire et au charbon

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter