Lanceur d'alerte, un statut d'utilité publique dans un système démocratique ? (VIDEOS)

Lanceur d'alerte, un statut d'utilité publique dans un système démocratique ? (VIDEOS)
Le lanceur Edward Snowden en 2016, photo ©Marcos Brindicci/Reuters

RT France s'est rendu au salon du livre des lanceurs d'alerte pour récolter l'analyse du sociologue Francis Chateauraynaud, créateur de la notion. Egalement présent, le lanceur d'alerte Thomas Dietrich déplore la fragilité du statut en France.

«Quand on regarde, ça part dans tous les sens» : l'importateur du concept de whistleblower (lanceur d'alerte) en France en 1999, le sociologue Francis Chateauraynaud concède que la notion est, si ce n'est floue, du moins complexe et multiforme. En d'autres termes, ce sont les lanceurs d'alerte eux-mêmes qui définissent le concept, en fonction de la nature des problèmes qu'ils portent à la connaissance du public. Le chercheur à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) note ainsi une évolution du champ d'action des lanceurs d'alerte. «Le concept de lanceur d'alerte est un concept qui a servi à plein de gens finalement qui ont trouvé un espace de parole», constate Francis Chateauraynaud, interviewé par RT France, le 2 décembre, au salon du livre des lanceurs d'alerte.

«Les lanceurs d'alerte qui se sont le plus manifestés vont plus toucher à des questions de corruption, de surveillance de masse, [comme] Edward Snowden par exemple», note encore Francis Chateauraynaud, rappelant que jusqu'au début des années 2000, le lanceur d'alerte interpellait d'abord les pouvoirs publics sur tel ou tel problème, comme celui de l'amiante.

Et c'est peut-être là que le bât blesse : comment charger l'Etat, qui peut être visé par des révélations de lanceurs d'alerte, de définir lui-même un statut permettant de protéger les futurs Julian Assange ? Pour le sociologue qui s'est attaché dans ses recherches à ce qui fait qu'un discours accède à la légitimité plutôt qu'un autre, la notion de pouvoir est incontournable. Dans une publication universitaire de 2006 intitulée Les asymétries de prises, François Chateauraynaud expliquait que ce qui se joue entre le lanceur d'alerte et les autorités est un combat pour la légitimité de la parole.

Signe de la schizophrénie de l'Etat, la loi Sapin 2, qui vise pourtant à protéger les lanceurs d'alerte, évoque des notions juridiques soumises à l'appréciation et au jugement de valeur telles que la «bonne foi» et le «désintéressement» dudit activiste qui viendrait à être inquiété par la justice. «Les lanceurs d'alerte maintiennent une tension critique décisive pour nos démocraties», souligne-t-il. Et le chercheur d'ajouter, faisant référence au roman dystopique de George Orwell, 1984 : «S'il n'y avait pas tous ces gens pour prendre la parole, on [...] tomberait dans une espèce de silence généralisé avec la novlangue qui viendrait expliquer tout ce qui se passe.»

Une problématique également abordée par l'écrivain Thomas Dietrich, qui s'est illustré en 2016 en dénonçant les pressions du ministère de la Santé, alors dirigé par Marisol Touraine, sur la Conférence nationale de santé. Egalement interrogé par RT France, il déplorait la fragilité du statut de lanceur d'alerte en France.

Auteur: RT France

Lire aussi : Les lanceurs d'alerte ne sont pas assez protégés en France, selon l'écrivain Thomas Dietrich (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.