Les lanceurs d'alerte ne sont pas assez protégés en France, selon l'écrivain Thomas Dietrich (VIDEO)

Les lanceurs d'alerte ne sont pas assez protégés en France, selon l'écrivain Thomas Dietrich (VIDEO)© RT
Thomas Dietrich a lui-même tiré la sonnette d'alarme en démissionnant de ses fonctions en 2016
Suivez RT France surTelegram

Lors du salon du livre des lanceurs d'alerte, RT France a rencontré l'écrivain Thomas Dietrich, qui s'est illustré en 2016 en dénonçant les pressions du ministère de la Santé, alors dirigé par Marisol Touraine, sur la Conférence nationale de santé.

Thomas Dietrich, haut fonctionnaire, lanceur d'alerte et jeune romancier primé, était présent au salon du livre des lanceurs d'alerte qui s'est déroulé les 2 et 3 décembre à Paris.

Il a accordé une interview à RT France, au cours de laquelle il a clarifié la notion de lanceur d'alerte et déploré la fragilité de ce statut en France. Il a également rappelé l'importance de consacrer un livre sur chaque alerte, afin d'analyser son contenu à froid et lui assurer une plus grande crédibilité auprès des médias.

Il démissionne pour dénoncer les pressions du ministère de la Santé sur une instance censée être indépendante

Thomas Dietrich s'est distingué en février 2016 lorsqu'il a choisi de démissionner de ses fonctions de responsable du secrétariat général de la Conférence nationale de santé (CNS). Lors de son départ, il a remis un rapport à sa hiérarchie expliquant l'incompatibilité de sa mission avec les moyens qui lui étaient fournis. Mettant en lumière de graves dysfonctionnements au plus haut sommet du ministère, le document a ensuite fuité dans la presse.

Cet organisme qu'il a dirigé pendant presque un an a pour objectif de rendre des avis indépendants afin d'éclairer les députés et le ministère. Mais Thomas Dietrich a estimé que son travail n'était pas indépendant du ministre de la Santé de l'époque : Marisol Touraine. Un débat sur la vaccination a notamment mis le feu aux poudres et accéléré le départ du lanceur d'alerte.

Lire aussi : Des activistes anti-vaccins traînent quatre laboratoires en justice

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix