La guerre n'est pas finie ? Selon Florence Parly, Daesh «redéploie son action et se transforme»

La guerre n'est pas finie ? Selon Florence Parly, Daesh «redéploie son action et se transforme»© Philippe Wojazer Source: Reuters
Florence Parly inspecte les armes sur une base aérienne en Jordanie, juillet 2017

Dans une interview accordée à France 24 à Dakar, la ministre des Armées est revenue sur la lutte globale contre le terrorisme djihadiste. Elle estime que Daesh, presque rayé de la carte en Irak et en Syrie, adopte de nouvelles stratégies.

Lors d'un déplacement de Florence Parly dans la capitale sénégalaise à l'occasion du Forum sur la paix et la sécurité en Afrique, la chaîne de télévision publique France 24 lui a donné la parole, le temps d'une interview diffusée le 15 novembre. La ministre française des Armées a saisi cette occasion pour s'exprimer sur la lutte contre le djihadisme, au Moyen-Orient et en Afrique.

La lutte contre Daesh n'est pas terminée parce que Daesh est d’ores et déjà en train de redéployer son action et de se transformer en une organisation terroriste clandestine

En Irak et en Syrie, l'organisation terroriste «vole de défaite en défaite», rappelle Florence Parly. La membre du gouvernement français précise à ce titre que Daesh a perdu «90% des territoires conquis» – sans évoquer le rôle décisif joué par l'armée syrienne dans la chute de l'Etat islamique, à travers la libération, notamment, des villes de Deir ez-Zor et d'Abou Kamal au cours de ces dernières semaines. Elle avertit cependant que la mouvance djihadiste change actuellement de stratégie : «La lutte contre Daesh n'est pas terminée parce que Daesh est d’ores et déjà en train de redéployer son action et de se transformer en une organisation terroriste clandestine.»

Lire aussi : Avec l'accord tacite des Etats-Unis, des centaines de terroristes auraient fui Raqqa avant sa chute

L'Afrique : nouveau front principal de la lutte antiterroriste ?

Concernant l'opération militaire française contre les forces djihadistes au Sahel, Barkhane, Florence Parly explique qu'elle «durera ce qu'elle devra durer, [...] aussi longtemps que nécessaire». La ministre affirme tout l'attachement de la France à une solution impliquant une responsabilité accrue des pays africains : «Il est primordial que ce soit les pays africains concernés qui prennent cette question [de la lutte contre le terrorisme] à bras le corps.»

Ils doivent être capables de vaincre le terrorisme par leurs propres moyens

Pour mémoire, lors d'une visite à Washington le 20 octobre, Florence Parly avait appelé les autorités américaines à renforcer leur soutien aux troupes françaises combattant l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest, laissant présager un déplacement possible de l'épicentre des combats contre Daesh sur le continent africain.

Au nom de la diplomatie française, elle appelait également alors à une solution impliquant les pays de la région, réunis dans le groupe G5 Sahel, pour résoudre les crises armées : «Nous ne pouvons et ne voulons pas être les gardiens de pays africains souverains. Ils doivent être capables de vaincre le terrorisme par leurs propres moyens.»

En ce qui concerne l'implication de l'armée américaine dans la lutte antiterroriste en Afrique, elle semble déjà en passe d'être renforcée. Le 3 novembre, Washington a annoncé avoir mené deux frappes contre Daesh en Somalie, la première opération contre l'organisation terroriste dans ce pays où agissent également les islamistes somaliens shebab, affiliés à Al-Qaïda. En octobre dernier, le général Joseph Dunford, chef d'état-major des armées des Etats-Unis, faisait déjà savoir que Washington envisageait de renforcer sa posture militaire en Afrique. «L'Afrique est l'un des endroits où nous savons que Daesh espère renforcer sa présence», analysait-il alors.

Lire aussi : La France demande aux Etats-Unis plus de troupes pour combattre Daesh en Afrique de l'Ouest

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»