Guerre en Syrie : Damas déclare Deir ez-Zor totalement libérée de Daesh

Guerre en Syrie : Damas déclare Deir ez-Zor totalement libérée de Daesh
Un soldat de l'Armée arabe syrienne fait le V de la victoire à Deir ez-Zor le 2 novembre 2017, photo ©STRINGER / AFP

L'armée syrienne a annoncé ce 3 novembre 2017 que Daesh avait été chassée de la ville de Deir ez-Zor. Les autorités militaires ont en outre déclaré que les opérations continueraient jusqu'à la libération totale du territoire syrien.

La télévision d’Etat syrienne a annoncé ce 3 novembre 2017 que l'armée régulière avait repris le contrôle total de la ville de Deir ez-Zor, après avoir éliminé les dernières poches de résistances de Daesh. Il s'agissait de l'un des tout derniers bastions des djihadistes en Syrie, depuis leur départ de Raqqa à la mi-octobre.

«Des unités de l'Armée arabe syrienne [...] ont rempli leur mission qui consistait à libérer Deir ez-Zor de l'organisation terroriste», a fait savoir une source militaire citée par l'agence de presse d'Etat syrienne Sana. D'après cette même source, de nombreux terroristes ont été tués dans les combats. Leurs armes et équipements ont également été détruits, tandis que les experts de déminages s’attellent à sécuriser la zone.

D'après Reuters, l'armée syrienne a déclaré que les opérations militaires se poursuivraient contre Daesh jusqu'à ce que la sécurité et la stabilité soient rétablies sur l'ensemble du territoire syrien. La province de Deir ez-Zor fait d'ailleurs elle-même l'objet d'une campagne de reconquête.

L'annonce marque la fin d'une offensive lancée en septembre dernier, après la libération de Palmyre et de l'ouest de la Syrie. Avec l'appui des forces aériennes russes et du Hezbollah libanais, l'armée syrienne a pu briser le siège de Deir ez-Zor, encerclé par Daesh. L'offensive pour reprendre progressivement les quartiers de la ville aux mains des djihadistes a pu ensuite commencer.

L'organisation terroriste tenait l’essentiel de la ville depuis 2014 à l’exception d’une large poche où étaient retranchés l’armée syrienne et quelque 93 000 civils depuis 2013. 

Lire aussi : Une base américaine illégale en Syrie : la Russie dénonce un «crime de guerre»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.