Des chercheurs britanniques ont réussi à faire rajeunir des cellules en laboratoire

Des chercheurs britanniques ont réussi à faire rajeunir des cellules en laboratoire
Les belges Paulus et Pieter Langerock, jumeaux doyens de l'humanité, trinquent à leurs 102 ans en 2016, photo ©Francois Lenoir/Reuters

Les cellules ont tendance avec l'âge à ne plus produire aussi efficacement les protéines, pourtant indispensables à leur survie. Deux universités anglaises ont découvert des molécules, présentes dans le raisin, qui permettent d'y remédier.

La vieillesse cessera-t-elle d'être un naufrage ? Des scientifiques des universités britanniques d'Exeter et de Brighton ont peut-être trouvé le secret de la jeunesse éternelle. Mais pour l'instant, il ne s'agit que de cellules en laboratoire. «Quand j'ai vu certaines cellules rajeunir dans la boîte de Petri, je ne pouvais pas en croire mes yeux», témoigne le docteur Eva Latorre, qui a découvert le procédé, selon un communiqué de l'université d'Exeter du 7 novembre 2017. 

La compréhension du mécanisme cellulaire à l'œuvre dans le vieillissement cellulaire – qui entraîne donc celui de l'individu – nécessite de solides connaissances en biologie et en biochimie. Mais, pour résumer, les chercheurs se sont intéressés aux usines à protéines que contiennent les cellules, lesquelles, en vieillissant, ne fabriquent plus ces petites «briques», essentielles à la bonne marche de l'ensemble de l'organisme.

L'assemblage de ces protéines est dicté par le code génétique porté par l'ADN. Mais entre l'ADN, qui reste dans les chromosomes du noyau cellulaire et le «site de production» des protéines (le ribosome), il faut un intermédiaire : l'ARN messager, sorte de copie conforme des instructions de l'ADN. Or, avec l'âge, les fragments d'ARN ne s'assemblent plus aussi efficacement lors de l'«épissage» des brins de matériau génétique. Aussi, les chercheurs ont mis au point de nouvelles molécules basées sur le resvératrol, que l'on trouve notamment dans le raisin, capables de dynamiser l'assemblage de l'ARN.

Et une cellule qui produit beaucoup de protéines est une cellule heureuse, car elle peut ainsi se réparer et accomplir efficacement ses missions. «Cela démontre que, quand vous traitez des cellules âgées avec des molécules qui renforcent l'épissage, ces cellules retrouvent des caractéristiques de jeunesse», se félicite la directrice du groupe de recherche, Lorna Harries. Une bonne publicité pour le jus de raisin... et pour le vin ?

Lire aussi : Après les vins rouge, blanc, rose, gris… l’Espagne présente du vin bleu

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.