Aucune preuve que RT ait manipulé YouTube pour la présidentielle américaine, selon Google

Aucune preuve que RT ait manipulé YouTube pour la présidentielle américaine, selon Google© Francois Lenoir Source: Reuters
Image d'illustration

Après analyse de ses outils publicitaires, Google a trouvé qu'une «usine à trolls» avait dépensé... 4 700 dollars pendant la période électorale américaine. Le géant d'internet a par ailleurs assuré que RT n'avait pas «manipulé YouTube».

En cette période d'Halloween, la chasse aux sorcières – russes – repart de plus belle aux Etats-Unis. Les géants des réseaux sociaux ont entamé une analyse minutieuse de leurs outils publicitaires afin de découvrir l'ampleur de la supposée campagne d'influence menée par Moscou lors de la campagne de l'élection présidentielle américaine de 2016.

«Usine à trolls» ?

Alors que Facebook et Twitter sont entendus par le Sénat américain le 31 octobre, Google a pour sa part publié les résultats de son analyse le 30 octobre. Le géant d'internet a déniché deux comptes qu'il estime être liés à l'Internet Research Agency, une ONG basée en Russie et accusée dans certains médias d'être une «usine à trolls» sous contrôle du Kremlin. Pendant la période électorale américaine, ces deux comptes ont dépensé pas moins de... 4 700 dollars (un peu plus de 4 000 euros) en publicité sur internet. Des publicités qui n'étaient par ailleurs pas ciblées sur des groupes spécifiques, qu'ils soient géographiques ou politiques, et dont l'impact mondial reste donc plus que discutable.

Suffisant pourtant, selon certains commentateurs politiques outre-Atlantique, pour être significatif par rapport aux 647 millions de dollars récoltés par Donald Trump pour sa campagne, ou au 1,2 milliard récoltés par sa rivale Hillary Clinton, selon les données de Bloomberg.

CQFD

Sur YouTube, Google a trouvé 18 chaînes d'origine russe «probablement liées» à la campagne électorale américaine, et dont le contenu «apparaît comme étant politique», mais pas exclusivement. Ces chaînes ont diffusé 1 108 vidéos pour un total de 43 heures de contenu. Ces vidéos ont totalisé quelque 309 000 vues entre juin 2015 et novembre 2016 selon le rapport, qui n'omet pas de préciser qu'un utilisateur peut générer à lui seul plusieurs vues. Seules 3% de ces vidéos ont dépassé les 5 000 vues. Il n'est pas inutile de rappeler que ces vidéos ont été produites par des acteurs qui n'ont aucun lien avec le gouvernement russe.

Quant à l'influence de RT, chaîne d'information la plus regardée sur YouTube avec plus de 5 milliards de vues cumulées ? «Certains se sont interrogés sur la façon dont RT, un média financé par le gouvernement russe, utilise YouTube. Notre enquête ne montre aucune manipulation de la plateforme, ou violation de nos termes de services», conclut Google. 

La rédactrice en chef monde de RT, Margarita Simonian, a réagi à la publication du rapport, déclarant : «Comme on disait à l'école, CQFD.»

Lire aussi : Pikachu a-t-il aidé la Russie à pirater l'élection US en 2016 ? CNN pense en avoir la preuve...

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»