Juncker, Merkel, Macron... Pourquoi les leaders européens s'opposent-ils à l'indépendance catalane ?

Juncker, Merkel, Macron... Pourquoi les leaders européens s'opposent-ils à l'indépendance catalane ?
Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, le 3 octobre 2017, photo ©PATRICK HERTZOG / AFP
Suivez RT France surTelegram

Le président Jean-Claude Juncker s'est dit défavorable à l'indépendance de la Catalogne, s'inquiétant d'un effet domino qui aboutirait à un morcellement politique. L'organisation supranationale semble soucieuse de préserver certains Etats-nations.

Après la déclaration ambiguë du président catalan Carles Puigdemont du 10 octobre sur l'indépendance de la Catalogne, la Commission européenne avait exprimé dès le lendemain avec force qu'elle attendait le «plein respect» de l'ordre constitutionnel espagnol – et donc l'unité de l'Etat. 

Mais la parole de son président, Jean-Claude Juncker, se faisait encore attendre. C'est chose faite deux jours plus tard, ce 13 octobre. «Je ne veux pas d'une Union européenne qui comprendrait 98 Etats dans 15 ans», a-t-il déclaré d'après l'AFP, choisissant le nombre arbitraire de 98 afin de faire comprendre le risque de morcellement de l'Union européenne (UE) au cas où la sécession catalane ferait des émules. Et d'ajouter : «C'est déjà relativement difficile à 28, pas plus facile à 27 [faisant référence au Brexit], mais à 98, ça me semble impossible.»

«Nous recevons des appels solennels [venant du] monde entier : Juncker doit agir comme médiateur. Il ne le fera pas», a encore expliqué le président de la Commission, parlant de lui-même à la troisième personne et faisant référence aux appels répétés de Carles Puigdemont à la communauté internationale et à l'Union européenne. «La Catalogne est une affaire européenne», avait ainsi martelé le leader catalan le 10 octobre dernier, durant son allocution devant le parlement régional. Les indépendantistes catalans paraissent ainsi bien isolés dans l'Union européenne, laquelle semble très soucieuse de ne pas empiéter sur les souverainetés nationales.

Paris et Berlin favorables à la sauvegarde de l'unité espagnole 

Même son de cloche chez les deux poids lourds de l'Union européenne, la France et l'Allemagne. Emmanuel Macron a dénoncé dès le 10 octobre, au sujet de la déclaration floue d'indépendance, le coup de force des Catalans. «La démarche catalane ne s'inscrit pas dans les règles de l'Etat de droit espagnol», a-t-il ajouté.

Dès le 9 octobre, l'Allemagne s'était quant à elle déclarée opposée à l'indépendance catalane. «Lors de sa conversation avec le président du gouvernement Mariano Rajoy, en particulier, elle a apporté son soutien à l’unité de l’Espagne », avait ainsi déclaré lors d’une conférence de presse le porte-parole du gouvernement allemand.

Seul soutien franc dans l'Union : celui des nationalistes écossais. Le Premier ministre écossais Nicola Sturgeon appelait le 10 octobre les autorités espagnoles à respecter le résultat du référendum.

La position de l'Union européenne en faveur de l'unité de l'Etat-nation espagnol, a été perçue comme incohérente par certains dirigeants internationaux. Le président serbe Aleksandar Vucic a ainsi critiqué la position de l'UE, rappelant que Bruxelles avait reconnu la déclaration d'indépendance du Kosovo en 2008, alors qu'elle n'avait pas fait l'objet d'un vote. Les Catalans, eux, ont voté en faveur de l'indépendance de leur région, lors d'un scrutin organisé le 1er octobre malgré son interdiction par la justice espagnole. Son taux de participation a été de 43%, et le «oui» l'a emporté à plus de 90%. 

Lire aussi : Manifestation pro-unité à Barcelone : «Nous ne sommes pas des fascistes, nous sommes Espagnols»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix