Le prix Nobel de la paix attribué à la campagne pour abolir les armes nucléaires

- Avec AFP

Le prix Nobel de la paix attribué à la campagne pour abolir les armes nucléaires © Capture d'écran Twitter @Nobelprize
Le logo de l'ICAN

Le prix Nobel de la paix a récompensé le 6 octobre la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN) pour ses efforts contre ces armes de destruction massive au cœur de tensions internationales en Iran et Corée du Nord.

La Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN) s'est vu remettre le prix Nobel de la paix par la présidente du comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen.

«Nous vivons dans un monde où le risque que les armes nucléaires soient utilisées est plus élevé qu'il ne l'a été depuis longtemps. Certains pays modernisent leurs arsenaux nucléaires, et le danger que plus de pays se procurent des armes nucléaires est réel, comme le montre la Corée du Nord», a déclaré , Berit Reiss-Andersen, qui a appelé les puissances nucléaires à entamer des «négociations sérieuses» en vue d'éliminer leur arsenal.

«Les armes nucléaires peuvent littéralement mener le monde à sa fin»

L'ICAN, une coalition internationale réunissant dans une centaine de pays des centaines d'organisations humanitaires, environnementales, de protection des droits de l'homme, pacifistes et pour le développement, tire la sonnette d'alarme depuis dix ans pour demander «l'élimination» des armes nucléaires.

Ce combat acharné a permis à l'organisation de remporter une importante victoire en juillet à l'ONU, lorsqu'une cinquantaine de pays ont lancé la signature d'un traité bannissant l'arme atomique. 

Sa portée reste encore symbolique en raison du boycott du texte par les neuf puissances nucléaires (Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, France, Chine, Inde, Pakistan, Israël et Corée du Nord), qui possèdent au total environ 15 000 armes nucléaires.

En outre, la portée du traité reste pour l'instant limitée car il n'entrera en vigueur qu'une fois qu'il aura été ratifié par 50 pays.

«Nous n'en avons pas encore fini. Le travail ne sera pas terminé tant qu'il y aura des armes nucléaires», a déclaré à l'AFP Béatrice Fihn, qui dirige l'ICAN.

«Les armes nucléaires peuvent littéralement mener le monde à sa fin», a jugé Béatrice Fihn.

Dans une déclaration accordée à l'agence Reuters, Béatrice Fihn s'est exprimée concernant la crise en la Corée du Nord et les Etats-Unis. «Les armes nucléaires sont illégales. Menacer d'utiliser des armes nucléaires est illégal. Avoir des armes nucléaires, développer des armes nucléaires est illégal, et ils doivent arrêter», a-t-elle affirmé.  

Constituée officiellement en 2007 à Vienne, en marge d'une conférence internationale du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), l'ICAN a su rallier à sa cause les activistes du monde entier, mais aussi des célébrités.

Lire aussi : Kim Jong-un est «rationnel» et veut «mourir dans son lit», estime un expert de la CIA

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.