Le Québec s'apprête à bannir le voile islamique

- Avec AFP

Le Québec s'apprête à bannir le voile islamique © Peter Nicholls Source: Reuters

Le gouvernement libéral québécois a annoncé le 15 août vouloir inscrire dans la loi le principe de neutralité de l'Etat. Une mesure qui, en pratique, interdirait le port du voile islamique dans l'espace public.

Après la fusillade fin janvier dans une mosquée de Québec où un suprémaciste blanc avait abattu six musulmans pendant la prière, le gouvernement de la province de l'est canadien avait suspendu l'examen d'un projet de loi controversé sur les rapports entre l'Etat et la religion. Sans être clairement mentionné, c'est bien le port du voile islamique qui focalise les passions autour du projet de loi qui reviendra à l'automne devant les parlementaires.

Un texte législatif sur le principe d'un Etat laïc, assez proche dans sa philosophie du nouveau projet de loi, avait en partie valu la défaite du parti québécois (indépendantiste) aux législatives de 2014.

 «L'objectif [de la loi] est que les services [publics] soient reçus et donnés à visage découvert», a expliqué le 15 août le ministre québécois de la Justice, Stéphanie Vallée.

En clair, toute personne venant dans une administration, montant à bord d'un autobus ou allant dans une école ou un hôpital devrait être facilement identifiable et avoir le visage libre de tout accessoire vestimentaire. A l'inverse, les employés des services publics auront également obligation de ne pas porter de signes religieux ostentatoires et recevoir les populations avec le visage découvert, selon la ministre. 

Pour Stéphanie Vallée, le projet de loi vise à «établir la neutralité de l'Etat québécois et de ses institutions». «Le texte parle bien de neutralité et il ne fait pas référence à la laïcité», a-t-elle insisté lors d'une conférence de presse à Québec.

Une position ambigüe dénoncée par l'opposition. Thérèse Maltais, du parti québécois, a demandé au gouvernement que le projet de loi fasse avancer et non reculer le Québec au niveau de la laïcité.

Le sujet est sensible au Canada et plus particulièrement dans cette province où des mouvements d'extrême droite s'élèvent contre l'arrivée d'immigrants avec des flux plus abondants depuis quelques semaines en provenance des Etats-Unis.

Ce texte doit aussi respecter la Charte canadienne des droits et liberté, un document constitutionnel qui garantit la liberté de religion.

Lire aussi : Canada : le Premier ministre Justin Trudeau défend le port du burkini

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.