Fusillade à l'ambassade d'Israël à Amman : deux Jordaniens tués, un Israélien blessé

- Avec AFP

Fusillade à l'ambassade d'Israël à Amman : deux Jordaniens tués, un Israélien blessé© Muhammad Hamed Source: Reuters
Des membres de la police jordanienne

Deux Jordaniens ont été tués et un Israélien blessé dans un incident survenu le 23 juillet dans un bâtiment annexe de l'ambassade d'Israël à Amman, ont déclaré à l'AFP les autorités jordaniennes.

Un garde de sécurité israélien de l'ambassade d'Israël à Amman, attaqué à son domicile par un Jordanien, a répliqué en usant de son arme. L'agresseur est mort, mais un autre Jordanien, qui se trouvait sur place, a aussi été accidentellement tué, a affirmé le 24 juillet le ministère israélien des Affaires étrangères.

Le 23 juillet, un travailleur jordanien qui venait installer des meubles dans l’appartement du garde de sécurité, résidant dans un bâtiment annexe de l'ambassade d'Israël a Amman, a tenté de poignarder son client avec un tournevis, selon un communiqué du porte-parole des Affaires étrangères israéliennes dans un communiqué.

Le garde de sécurité a répliqué en utilisant son arme, tuant le travailleur jordanien et touchant aussi accidentellement le propriétaire de l’appartement qui se trouvait sur place, selon le texte. Ce dernier est décédé un peu plus tard des suites de ses blessures. Le garde de sécurité n'a été que légèrement blessé, selon le communiqué.

Les autorités jordaniennes ont pour leur part évoqué une fusillade dans l'enceinte de l'ambassade d'Israël à Amman, et fait état de deux morts jordaniens.

«Nous irons à al-Aqsa en martyrs par millions»

La mise en place par Israël de détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est occupée, gérée par la Jordanie, a suscité la protestation des Palestiniens et relancé les violences meurtrières entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes.

Le 21 juillet, plusieurs milliers de manifestants ont défilé en Jordanie, à Amman et dans d'autres villes, à l'appel de la mouvance islamiste mais aussi de partis de gauche, pour protester contre ces nouvelles mesures.

«Nous irons à al-Aqsa en martyrs par millions», répétaient-ils entre autres, en référence à la mosquée s'élevant sur l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam.

Cinq Palestiniens ont été tués dans des affrontements à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée. Trois Israéliens ont aussi été assassinés le 21 juillet à leur domicile dans une colonie israélienne de Cisjordanie.

Les tensions ont commencé après l'installation, il y a une semaine par Israël, de détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade des Mosquées, à la suite d'une attaque meurtrière contre des policiers israéliens le 14 juillet.

Selon Israël, les armes qui ont servi à tuer deux policiers avaient été cachées sur l'esplanade.

Depuis l'installation des portiques de sécurité, les Palestiniens ont boycotté le site, priant en dehors. Les violences entre manifestants et forces israéliennes ont depuis été quotidiennes.

Lire aussi : Affrontements à Jérusalem-Est entre Palestiniens et police israélienne près de la mosquée al-Aqsa

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.