Affrontements à Jérusalem-Est entre Palestiniens et police israélienne près de la mosquée al-Aqsa

Affrontements à Jérusalem-Est entre Palestiniens et police israélienne près de la mosquée al-Aqsa© Ronen Zvulun Source: Reuters
Des musulmans à Jérusalem-Est

Face à la décision de la police israélienne d'interdire aux hommes de moins de 50 ans d'accéder à la vieille ville de Jérusalem, une foule de musulmans en colère s'est mise en route vers la mosquée al-Aqsa. Des échauffourées ont éclaté.

De premiers affrontements ont éclaté le 21 juillet en début d'après-midi entre manifestants palestiniens et forces de l'ordre israéliennes près de la mosquée al-Aqsa, à Jérusalem-Est. La police a par ailleurs tiré des grenades assourdissantes sur des manifestants autour de la vieille ville.

L'armée israélienne, qui avait fait venir des renforts, se préparait à de possibles troubles avec des manifestants palestiniens, en marge de la grande prière qui rassemble généralement des milliers de fidèles, alors que les tensions sont vives autour de l'esplanade des Mosquées.

Celles-ci ont été accentuées par l'interdiction faite par Israël aux hommes de moins de 50 ans d'accéder à la vieille ville de Jérusalem le 21 juillet pour la grande prière musulmane.

Un responsable israélien avait fait savoir le 20 juillet dans un communiqué que le cabinet de sécurité avait donné à la police l'autorité de prendre toutes les décisions possible permettant un accès libre aux lieux saints tout en y maintenant sécurité et ordre public.

«L'entrée dans la vieille ville et au mont du Temple sera réservée aux hommes de 50 ans et plus. Les femmes de tout âge seront admises», a annoncé la police dans un communiqué.

Elle a également fait état d'unités de la police mobilisées dans tous les secteurs et quartiers de Jérusalem-Est. L'armée a elle placé en état d'alerte cinq bataillons supplémentaires en Cisjordanie occupée.

Dans la vieille ville, où les échoppes étaient fermées et les rues quadrillées par un important dispositif de sécurité, la foule commençait à se rassembler dans la matinée.

Des centaines de personnes, dont des dignitaires musulmans, se sont approchés de la porte des Lions, à proximité de l'esplanade des Mosquées, mais la police leur a interdit l'entrée de celle-ci.

Une situation extrêmement tendue depuis cinq jours

Les Palestiniens protestent depuis le 16 juillet contre les nouvelles mesures de sécurité israéliennes aux entrées de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, dontl'installation de détecteurs de métaux dans ce lieu saint.

L'esplanade des Mosquées, où se trouvent le dôme du Rocher et la mosquée al-Aqsa, est située dans le vieux Jérusalem, secteur palestinien de la ville sainte dont l'annexion par Israël n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Les nouvelles mesures de sécurité imposées par Israël ont ravivé les craintes des Palestiniens de voir l'Etat hébreu prendre le contrôle exclusif du troisième lieu saint de l'islam, un site également révéré par les juifs sous le nom de mont du Temple.

En signe de protestation, les fidèles ont décidé de ne plus aller prier sur l'esplanade des Mosquées et des centaines de Palestiniens effectuent leurs prières en dehors du site dans le vieux Jérusalem.

Des affrontements avec la police israélienne ont eu lieu quasi quotidiennement cette semaine.

A Jerusalem-Est, dans la nuit du 20 au 21 juillet, plusieurs fidèles ont été blessés lors d'affrontements avec la police israélienne.

Des manifestations de soutien aux Palestiniens en Jordanie

Les mouvements de protestation contre les autorités israéliennes ne se limitent pas à Jérusalem. En effet, sur les réseaux sociaux, des images témoignent de  manifestations de grande ampleur le 21 juillet en Jordanie, où la population proteste contre l'occupation israélienne. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.