Syrie : Moscou signe un accord avec des rebelles pour sécuriser l'enclave de la Ghouta

Syrie : Moscou signe un accord avec des rebelles pour sécuriser l'enclave de la Ghouta© ABDULMONAM EASSA Source: AFP
Des rebelles syriens à la Ghouta, fin juillet 2017.

Le ministère russe de la Défense a fait savoir que Moscou avait conclu un accord avec des groupes rebelles syriens, lors de discussions de paix au Caire, sur la sécurisation de l'enclave de la Ghouta orientale en Syrie, située à l'est de Damas.

Les autorités russes ont conclu un accord avec des rebelles syriens lors de discussions de paix au Caire sur la sécurisation de l'enclave de la Ghouta orientale en Syrie, d'après une annonce du ministère russe de la Défense du 22 juillet.

«Des accords ont été signés sur l'application d'une zone de "désescalade" dans l'enclave de la Ghouta orientale» (à proximité de la capitale syrienne), a déclaré le ministère, dans un communiqué. Celui-ci a précisé que ces accords étaient le résultat de discussions tenues au Caire entre des responsables russes et des représentants de certains groupes rebelles armés.

«Le premier convoi humanitaire dans la zone de désescalade et le transport des blessés sont prévus dans les prochains jours», a poursuivi le ministère.

Toujours selon la même source, des «frontières» pour la zone de désescalade ont été définies, de même que les lieux d'un «déploiement» des forces chargées de faire respecter un cessez-le-feu.

Début juillet, lors de discussions multilatérales tenues à Astana (Kazakstan) à l'initiative de Moscou, Ankara et Téhéran, un possible déploiement de forces de maintien de la paix avait été évoqué pour quatre zones, dont l'enclave de la Ghouta orientale. En outre, la Russie et les Etats-Unis ont convenu, lors du sommet du G20 à Hambourg, d'un cessez-le-feu dans trois provinces du sud-ouest de la Syrie.

D'après Moscou, une nouvelle rencontre est prévue la dernière semaine d'août à Astana, entre des représentants de la Russie, de la Turquie, de l'Iran et des rebelles syriens.

Lire aussi : Syrie : la police militaire russe s'apprête à patrouiller dans les zones de désescalade

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.