L'Italie n'a pas «le devoir moral d'accueillir des migrants», selon Matteo Renzi

L'Italie n'a pas «le devoir moral d'accueillir des migrants», selon Matteo Renzi© Remo Casilli Source: Reuters
Matteo Renzi

L'ancien Premier ministre italien évoque, dans un livre à paraître, l'introduction d'un numerus clausus pour endiguer le flux de migrants auquel fait face l'Italie, affirmant que le pays doit se «libérer de son sentiment de culpabilité».

A moins d'un an des élections législatives, l'ancien Premier ministre italien et actuel président du parti démocrate (PD, centre-gauche) Matteo Renzi, a visiblement décidé de durcir sa position sur la question de l'immigration.

«Nous devons nous libérer de notre sentiment de culpabilité. Nous n'avons pas le devoir moral d'accueillir en Italie les personnes qui vont plus mal que nous», a-t-il écrit dans son nouveau livre dont les bonnes feuilles ont été publiées sur le site internet du PD. «Il doit y avoir un nombre fixe d'arrivées», a-t-il ajouté, estimant que l'Italie devait aider les migrants dans leur pays d'origine.

Soulignant que cette question était très sensible au sein de son parti, ses commentaires ont rapidement été retirés du site internet. Mais pas avant que Matteo Salvani, le secrétaire fédéral de la Ligue du Nord (LN), ne les reprenne sur son compte Twitter, ironisant sur le fait que le PD se rapproche de la LN sur la thématique de l'immigration.

L'Italie s'est dernièrement plainte d'être livrée à elle-même pour répondre aux défis de la crise migratoire, appelant ses partenaires européens à davantage de solidarité. Le pays a enregistré plus de 83 000 arrivées de migrants depuis le début de l'année, ce qui représente une hausse de plus de 19% sur la même période par rapport à 2016.

Lire aussi : L'immigration, première préoccupation des Allemands à quelques semaines des élections fédérales

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.