La rédactrice en chef de RT appelle Pékin et Moscou à lutter conjointement contre les Fake News

La rédactrice en chef de RT appelle Pékin et Moscou à lutter conjointement contre les Fake News© Ruptly

Lors de la conférence entre Vladimir Poutine et Xi-Jinping à Moscou, Maragarita Simonian a appelé Pékin à ouvrir ses portes aux médias russes, afin de lutter ensemble contre la propagation de fausses informations par les médias occidentaux.

Les médias russes et chinois doivent se serrer les coudes contre les rumeurs répandues par les médias occidentaux. C'est le sens de la déclaration de Margarita Simonian, rédactrice en chef de RT et de l'agence Sputnik, au cours du troisième forum des médias russes et chinois le 4 juillet à Moscou

La journaliste a insisté sur le fait que l'information véhiculée par les médias traditionnels en Occident était contrebalancée par peu de points de vues contradictoires. Et de prendre comme exemple l'histoire du petit garçon d'Alep : 

«Vous avez tous vu l'image du petit Omran. Ce garçon d'Alep, couvert de sang et de suie, qui est devenu un symbole du modèle occidental dans la lutte contre le soit disant "régime de Bachar el-Assad". Nous avons retrouvé sa famille. Et cette dernière soutient le président syrien», a déclaré la rédactrice en chef de RT et Sputnik.

Margarita Simonian a rappelé les faits relatés par la famille d'Omran. Ses parents ont en effet raconté aux journalistes de RT que les organisations humanitaires sur place avaient littéralement arraché le petit garçon de leurs mains, les empêchant de lui donner les premiers secours et s'étaient empressées de prendre des photos aussitôt transmises aux journalistes qui, à leur tour, en ont fait une fake news, immédiatement reprises par la quasi totalité de la presse occidentale. 

«Des dizaines de milliers de médias ont raconté cette histoire de la même façon, la leur. Et faire face seuls à un tel déferlement de fausses informations est impossible», a déclaré la journaliste, appelant les médias chinois à rejoindre les médias russes dans la lutte contre la propagation de fausses nouvelles véhiculées par l'Occident. «Il n'y a qu'ensemble que nous pourrons lutter contre cela», a-t-elle déclaré.  

De fait, la journaliste a invité la Chine à ouvrir ses portes aux médias russes, rappelant que les Russes, eux, avaient déjà accès à l'information chinoise.

«En Russie, tout le monde peut regarder la télévision chinoise à tout moment. Nous avons bon espoir qu'à travers la relation de confiance entretenue par les dirigeants de nos deux pays, le peuple de Chine pourra bientôt à son tour se familiariser avec nos médias», a-t-elle conclu.

Lire aussi : Macron fustige RT et Sputnik, mais passe sous silence «l’intense propagande des médias français»

Margarita Simonian n'a pas manqué de rappeler les accusations lancées à l'égard des médias russes émettant en France par le président français Emmanuel Macron : «Monsieur Macron accuse toujours RT et Sputnik de répandre de fausses nouvelles sans donner aucune preuve, ni aucun exemple concret. Nous n'avons jamais publié aucune fausse information à son sujet. Mais personne ne s'y intéresse», a déclaré la journaliste.

Lire aussi : Quand les passants s’expriment sur les accusations de Macron contre RT (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.