«Cette photo a été utilisée pour exploiter mon fils»: le père d'Omran dénonce la propagande sur Alep

«Cette photo a été utilisée pour exploiter mon fils»: le père d'Omran dénonce la propagande sur Alep© Capture d'écran @j_alashkar
Omran Daqneesh arborant un drapeau syrien

Omran Daqneesh, l'enfant dont la photo a été érigée comme symbole par les opposants à Bachar el-Assad, vit maintenant avec son père dans la ville libérée d'Alep. Dans un entretien, ce dernier a dénoncé l'exploitation de l'image de son fils.

Près d'un an après la diffusion de la photo de l'enfant syrien sonné dans une ambulance à Alep, des journalistes de l'agence russe Ruptly sont allés à sa rencontre et se sont entretenus avec lui et son père, dont le soutien au gouvernement syrien n'a pas été ébranlé par les drames vécus par sa famille. 

«Je m'appelle Omran Daqneesh, et j'ai quatre ans», a déclaré l'enfant, souriant. Son père, Mohammad Kheir Daqneesh, a affirmé à Ruptly que sa famille s'était retrouvée «dans la tourmente» à cause des rebelles et de l'exploitation de leurs problèmes à des fins de «propagande». 

Lors de la journée fatidique,  quand sa maison a été touchée, Mohammad Daqneesh s'est mis à la recherche de son fils. Lorsqu'il a enfin réussi à le retrouver, des rebelles étaient déjà en train de le filmer, rapporte-t-il.

Le père assure que «les rebelles ont saisi l'opportunité de filmer [sa] famille» alors que lui et ses proches sortaient de la maison. 

«Ils ont pris Omran pour lui prodiguer les premiers soins, mais avant ça, ils l'ont fait s'asseoir pour pouvoir le photographier. Pourquoi cette photographie ? Parce qu'elle a été utilisée pour exploiter [mon fils], comme s'il avait été visé», s'est indigné Mohammad Daqneesh, avant de dénoncer l'organisation des Casques blancs.

«Ils travaillent avant tout avec la presse, c'est un outil qu'ils utilisent. Ils travaillent ensemble [...] pour faire des photographies qui appellent à l'émotion», a-t-il ajouté.

«Nous n'avions rien demandé. Et en plus de tout ça, [les rebelles] m'ont envoyé des menaces, des menaces sans fondements, car je n'ai rien fait de mal. Je n'ai pas conspiré contre le pays, je ne reçois pas de dollars pour faire du mal à mon pays», a-t-il déclaré, ajoutant qu'il avait dû raser la tête de son fils et changer son nom afin qu'il ne soit pas reconnu. 

«Grâce à Dieu, maintenant la situation s'améliore, l'armée progresse et nous sommes de retour dans nos foyers», a-t-il conclu.

La bataille militaire pour la libération d'Alep, bastion de l'opposition, s'est soldée par la victoire de l'armée arabe syrienne appuyée par son allié russe à la fin de l'été 2016.

Lire aussi : Le photographe du petit garçon d'Alep serait en lien avec les rebelles décapitateurs d'enfants

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales