Poutine : Moscou est prêt à livrer des systèmes de défense antiaérienne de type S-400 à Ankara

Poutine : Moscou est prêt à livrer des systèmes de défense antiaérienne de type S-400 à Ankara Source: Sputnik
Système S-400 de défense anti-missile

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé que son pays était prêt à fournir un système de défense anti-missile de type S-400 à la Turquie lors d'une conférence de presse le 1er juin.

Interrogé lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg par un journaliste turc, Vladimir Poutine a déclaré que la Russie avait «discuté» d'une éventuelle livraison d'un système de défense anti-missiles de type S-400 avec Ankara et qu'elle était disposée à y donner suite.

«Pour l'instant, nous ne produisons pas ce genre de dispositifs à l'étranger», a toutefois ajouté le maître du Kremlin, conditionnant ainsi cette hypothèse aux capacités industrielles de production. «Dans l'absolu, il n'y a rien d'impossible», a-t-il ajouté. 

Lorsque Recep Tayyip Erdogan, le président turc, s'était rendu à Sotchi au mois de mai, la presse s'était déjà fait l'écho d'une livraison d'un système de défense S-400. A l'époque, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov avait déclaré qu'un tel accord était «possible» – l'hypothèse avait été accréditée encore davantage lorsque le ministre turc de la Défense, Fikri Isik, avait fait savoir que les négociations étaient «en passe d'aboutir».

Depuis plusieurs mois, les relations entre la Russie et la Turquie se réchauffent. Le 3 mai, le président russe avait rencontré son homologue turc à Sotchi. Lors de la conférence de presse commune, les deux chefs d’Etat avaient annoncé un projet commun pour «pacifier» la Syrie, comportant la création de quatre «zones de désescalade» qui permettront, à leurs yeux, de renforcer le cessez-le-feu. 

Les relations entre les deux pays étaient tendues depuis qu'un chasseur de l'armée russe avait été abattu par l'armée turque en 2015, provoquant des mesures de rétorsion économique russes contre Ankara. Le 10 mars dernier, Recep Tayyip Erdogan avait même déclaré que les deux pays avaient «achevé le processus de normalisation» de leurs relations.

Lire aussi : L'Allemagne et la France s'opposeraient à la tenue du prochain sommet de l'OTAN en Turquie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»