L'Allemagne et la France s'opposeraient à la tenue du prochain sommet de l'OTAN en Turquie

L'Allemagne et la France s'opposeraient à la tenue du prochain sommet de l'OTAN en Turquie
Drapeau de l'OTAN
Suivez RT France surTelegram

Berlin et Paris ne souhaiteraient pas que le prochain sommet de l'OTAN ait lieu à Istanbul, comme prévu initialement. Dans un contexte de tensions croissantes entre l'UE et Ankara, leur volonté serait partagée par une majorité de pays européens.

Selon le quotidien allemand Die Welt, plusieurs pays européens membres de l'OTAN auraient décidé d'empêcher la tenue du prochain sommet de l'organisation en Turquie. L'Allemagne et la France seraient à l'origine de cette initiative, appuyés par le Danemark et les Pays-Bas. 

«Nous ne voulons pas renforcer l'influence turque sur la scène internationale et par la même occasion [voulons] éviter de donner l'impression que l'OTAN soutient la politique intérieure du gouvernement turc», déclare un diplomate européen sous couvert d'anonymat au journal. Cette volonté serait également partagée par 18 des pays de l'UE membres de l'OTAN ainsi que par le Canada (sur 28 membres au total). La ville de Bruxelles, où se trouve le quartier général de l'OTAN, aurait été proposée comme lieu de substitution.

Lors de la réunion des chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de l'OTAN en juillet 2016 à Varsovie, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait invité ses 27 homologues à Istanbul pour la tenue d'un sommet prévu pour 2018. Si le lieu n'avait pas encore fait l'objet d'une confirmation officielle depuis, la presse et les diplomates tenaient pour acquis que la Turquie serait le prochain pays à accueillir le sommet.

Depuis plusieurs mois, les relations des pays européens avec la Turquie se sont considérablement tendues, notamment depuis le référendum constitutionnel organisé par Ankara en avril dernier. Le 24 mai dernier, le président Recep Tayyip Erdogan avait par ailleurs exhorté l'UE à prendre une décision au sujet de l'adhésion de la Turquie, affirmant que son pays ne saurait être traité comme un «mendiant» aux portes de l'Europe.

Lire aussi : Le président turc lance un ultimatum à Bruxelles au sujet de l’adhésion de son pays à l’UE

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix