La Syrie exclut le déploiement de forces internationales sous l’égide de l’ONU dans le pays

La Syrie exclut le déploiement de forces internationales sous l’égide de l’ONU dans le pays© Ammar Abdullah Source: Reuters
Le village syrien de Maar Zita

Le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem a averti que Damas refusait que les Nations unies ou toutes autres «forces internationales» participent à l'application de l'accord russo-turco-iranien sur les «zones de désescalade».

«Il n’y aura pas de forces internationales sous l’égide de l’ONU [en Syrie]. Nous n'acceptons pas que les Nations unies ou des forces internationales aient un rôle de surveillance dans l'application du mémorandum», a déclaré le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem en commentant la façon dont allait être appliqué le mémorandum russo-turco-iranien sur les «zones de désescalade», lors d'une conférence de presse à Damas.

«La Russie, en tant qu’Etat garant, a précisé que des unités de police militaire seraient déployées et des centres de surveillance mis en place dans ces zones [de désescalade]», a-t-il ajouté, sans préciser si lesdites forces de police seraient syriennes ou russes. La Russie contribue déjà à stabiliser la situation sur place, avec le Centre pour la réconciliation des parties en conflit, créé en février 2016. Outre la surveillance du cessez-le-feu, il fournit et organise la distribution de l’aide humanitaire apportée aux civils.

Le chef de la diplomatie syrienne a souligné que Damas comptait respecter le mémorandum, mais si des rebelles venaient à violer l’accord, la réponse du gouvernement syrien serait «implacable». Cet accord doit mener à la séparation des groupes djihadistes et des rebelles concernés par le cessez-le-feu. D'après lui, les rebelles ayant signé le mémorandum doivent repousser les terroristes de l’ex-Front al-Nosra en dehors des régions désignées en tant que «zones de désescalade». 

Les représentants des Etats garants du cessez-le-feu en Syrie (la Russie, l’Iran et la Turquie) ont signé les 3 et 4 mai lors des négociations à Astana, au Kazakhstan, un mémorandum statuant sur la création de quatre zones de désescalade en Syrie. Selon l’accord, les parties impliquées dans le conflit doivent cesser la lutte armée à partir du 6 mai.

Lire aussi : Zones de sécurité en Syrie : le projet de la Russie est fondé sur la réalité

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales