Incident lors d'un contrôle routier près du Capitole à Washington, sans lien avec le terrorisme

- Avec AFP

Une femme au «comportement étrange et agressif» a tenté de fuir un contrôle routier près du Capitole, à Washington, heurtant un véhicule de police. Des coups de feu ont été tirés lors de l'interpellation. Il ne s'agit pas d'un incident terroriste.

Une conductrice a heurté le 29 mars un véhicule de police lors d'un contrôle routier près du Capitole, à Washington, avant d'être arrêtée. Si l'incident a provoqué une brève alerte de sécurité, les autorités ont précisé qu'il n'y avait pas de lien apparent avec le terrorisme.

«Il n'y a pas de lien avec le terrorisme. C'était un contrôle routier», a ainsi expliqué Eva Malecki, porte-parole de la police du Capitole. Selon elle, la conductrice du véhicule a fait preuve d'un comportement «étrange et agressif» et a tenté de faire un demi-tour pour fuir, manquant de renverser des policiers et heurtant un véhicule des forces de l'ordre. 

Après une brève course poursuite, la femme a été interpellée. «Pendant l'arrestation de la suspecte, des coups de feu ont été tirés, mais aucun individu n'a été blessé durant l'interpellation», a ajouté Eva Malecki.

La police de Washington avait dans un premier temps fait savoir qu'une voiture «avait tenté de renverser plusieurs policiers à pied» avant que sa conductrice ne soit interpellée. La police du Capitole est un service différent de la police métropolitaine et protège le siège du Congrès et ses alentours.

L'incident s'est produit sur l'avenue Independence, qui borde le périmètre du Capitole et un grand bâtiment annexe où les législateurs américains disposent de bureaux. La présence policière est constante dans cette zone, avec de nombreux agents à pied, en voiture ou à bicyclette.

Si la circulation a été bloquée en raison de l'intervention des forces de l'ordre et si le quartier a été bouclé par la police, le fonctionnement normal du parlement américain n'a pas été perturbé, et les touristes ont continué leur visite du monument et de ses abords.

Le 22 mars dernier, un attentat à la voiture-bélier, revendiqué par l'organisation terroriste Daesh, a fait quatre morts et plus de 50 blessés à Londres près du parlement britannique. 

Lire aussi : Le nouveau visage de Londres : des barrières antiterroristes autour de Buckingham et Westminster

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.