Reportage de RT à Mossoul : exode des civils et ville en ruines, le lourd tribut de la libération

Reportage de RT à Mossoul : exode des civils et ville en ruines, le lourd tribut de la libération© Thaier Al-Sudani Source: Reuters
Mossoul, Irak

Deux mois après le début du siège de Mossoul-Ouest, des quartiers entiers ont été abandonnés, certaines rues sont en ruines et de nombreux habitants tentent de fuir. RT couvre les sinistres conséquences de la guerre dans le bastion irakien de Daesh.

Mourad Gazdiev et son équipe ont filmé la partie occidentale de Mossoul, à un kilomètre de la ligne de front. Même si la zone est désormais considérée comme libérée de Daesh, elle a l'air de n'appartenir à personne, en ruines et déserte.

Les forces du gouvernement irakien soutenues par les Etats-Unis ont lancé en février une offensive majeure pour reprendre la partie occidentale de Mossoul, ville où Daesh contrôle des pans importants de territoire. Appuyés par des frappes aériennes, les forces irakiennes progressent à travers le bastion urbain de Daesh en Irak, mais au prix de terribles pertes pour les civils.

Malgré les promesses maintes fois répétées de la coalition, selon lesquelles toutes les précautions sont prises lors de ses frappes aériennes, les bombardements et autres combats ont endommagé beaucoup de maisons, de magasins et autres bâtiments, qui portent désormais les cicatrices infligées par le feu des armes lourdes.

Des civils sont évacués par les soldats irakiens dans des véhicules blindés. Il est à noter qu'évacuer les civils des zones libérées de l'ouest de Mossoul n'est pas une tâche aisée, étant donné que certains carrefours importants ont été intentionnellement bombardés pour empêcher les déplacements des unités de Daesh, ceux qui les rend infranchissables. Par conséquent, les véhicules apportant l'aide médicale et alimentaire ne sont pas facilement en mesure d'atteindre le centre de la ville.

Lire aussi : Représentant de l'Unicef : La situation des enfants à Mossoul est «désastreuse»

En marchant à travers Mossoul-Ouest, l'équipe de RT a noté qu'aucune porte de maison ou de magasin n'était demeurée intacte.

Marchandises et effets personnels jonchent les rues, ce qui suggère que les maisons aux alentours ont été pillées. «Mais, il n'y a personne pour se plaindre», ajoute le correspondant, alors que son équipe filme des personnes qui se déplacent lentement le long des rues, avec apparemment l'intention de quitter la ville. Cependant, certains habitants ont choisi de rester pour protéger leurs biens, ou ne veulent tout simplement pas partir.

L'image sinistre des ravages et des souffrances observés par l'équipe de RT correspond aux constatations des ONG.

Selon les dernières estimations de l'Agence des réfugiés de l'ONU, le HCR, jusqu'à 300 000 personnes pourraient quitter Mossoul-Ouest, un chiffre effrayant pour les ONG qui peinent déjà à loger les personnes déplacées de ces dernières semaines. 

Au début du mois de mars, le HCR a estimé que près de 192 000 habitants avaient quitté Mossoul depuis octobre, alors que 750 000 y vivent toujours. Selon d'autres chiffres de l'ONU, 5 000 personnes en moyenne fuient chaque jour la ville depuis l'intensification des combats au mois de février.

Lire aussi : Les médias face à la bataille de Mossoul : «Une approche incohérente et hypocrite»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.