Quand un tabloïd britannique confond fête traditionnelle russe des crêpes et combats de hooligans

Quand un tabloïd britannique confond fête traditionnelle russe des crêpes et combats de hooligans© Capture d'écran, mirror.co.uk

Un reportage du Mirror décrit en des termes effrayants les violentes batailles auxquelles se livrent les «ultras» russes, un an avant le Mondial de football... Problème : il s'agit de démonstrations de boxe traditionnelle pour la fête des crêpes.

Dans un article web sur les «hooligans russes» qui pourraient menacer la vie des supporteurs anglais lors de la Coupe du monde de football de 2018, en Russie, le tabloïd britannique The Daily Mirror a posté une vidéo intitulée : «Des fans de football russes s'adonnent à des combats arbitrés bizarres».

Les photographies de cet événement – dont la Une du journal papier – présentent des «ultras» en train de s'adonner à des «actions violentes» au cours d'un «festival spécial».

Ce qu'omet d'indiquer le Mirror, néanmoins, est que la scène s'inscrit dans les célébrations de la fête russe Maslenitsa – la semaine des crêpes, précédant le début du carême orthodoxe. Les «combats d'ultras» décrits par le média britannique correspondent, en réalité, à la coutume séculaire du «mur-contre-mur», durant laquelle des hommes vêtus d'habits traditionnels se livrent à des mises en scène de combats. 

Par ailleurs, l'une des photographies du «reportage» du Mirror indique en légende que les «gens vivent dans la peur [près des combats]»... quand bien même le cliché laisse voir quelques dames qui, dans le cadre du festival, vendent des châles traditionnels et semblent discuter paisiblement.

© Capture d'écran, ©mirror.co.uk
«Les gens vivent dans la peur», indique le Mirror

D'origine païenne, Maslenitsa est l'une des fêtes les plus populaires de Russie. Outre les affrontements rituels évoqués plus haut, elle est célébrée dans le pays à travers des bals masqués, des embrasements d'effigies et d'autres spectacles de rue.

Lire aussi : Des supporters anglais font boire de la bière à un enfant rom de sept ans pour de l’argent

Les organisateurs des célébrations abasourdis par l'article du Mirror

«Nous sommes honnêtement sans voix face à ce manque de connaissance des traditions russes», a confié à RT la responsable des relations de presse de l'événement culturel (organisé au Kremlin d'Izmailovski à Moscou), Zhanna Chernenko. «Il s'agissait de Maslenitsa. Les combats sont organisés à 100%. Il n'y a eu aucun coup dangereux ni aucun "ultra". Nous travaillons étroitement avec ce club de Kulachni Boi (soit "combat à mains nues", un type de boxe traditionnelle russe) depuis des années», a-t-elle tenu à préciser. 

Le lendemain de la publication en ligne de son article, le Mirror a ajouté un nouvel intertitre, dans lequel la rédaction précise que les combats étaient «organisés dans la banlieue de Moscou, dans le cadre de fêtes», et que des «familles encourageaient [les combattants]». L'absence de ces précisions dans l'article initial peut être constatée en comparant ces captures d'écran des 20 et 21 mars :

© Capture d'écran @mirror.co.uk
En haut, le bas de l'article le 20 mars. En bas, le bas de l'article de lendemain.

Le 21 mars, la vidéo et les photographies de l'événement festif servaient toutefois toujours d'illustration à l'article sur les dangereux hooligans russes...

Un traitement fantaisiste de la situation en Russie, visant à amplifier les craintes britanniques vis-à-vis des «ultras» russes – et décrédibiliser la compétition mondiale de football organisée par Moscou ?

Passion britannique pour les «dangereux» hooligans russes

La presse britannique, en effet, a fait ses choux gras des affrontements entre bandes de hooligans russes et anglais, qui avaient éclaté à Marseille, en marge de l'Euro de football 2016 en France. Certains médias avaient laissé entendre, à cette occasion, que ces amateurs de bagarre étaient manipulés par les autorités russes... The Observer, notamment, avait présenté comme sérieuse une source assurant que le gouvernement britannique redoutait que ces «Russes puissent avoir des liens avec le Kremlin».

En févier dernier, l'ambassade de Russie à Londres s'était indignée de la diffusion d'un film produit par la BBC intitulé L'Armée des hooligans russes. Selon les diplomates russes, ce documentaire visait à discréditer l'organisation du Mondial de 2018 en Russie, en se basant uniquement sur des «images soigneusement sélectionnées», relatives aux rixes marseillaises.

Lire aussi : Lille : un supporter britannique piétine le drapeau russe devant les caméras (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales