Un sikh blessé aux Etats-Unis par un homme qui lui aurait crié «Retourne chez toi !»

Un sikh blessé aux Etats-Unis par un homme qui lui aurait crié «Retourne chez toi !»© Shannon Stapleton Source: Reuters
Un sikh

La police américaine est à la recherche d'un assaillant qui aurait proféré des insultes racistes à un Indien avant de le blesser avec une arme à feu. Un incident similaire s’est produit aux Etats-Unis il y a seulement quelques semaines.

Un sikh de 39 ans aurait été la victime d’une attaque raciste dans la ville américaine de Kent, dans l’Etat de Washington. Selon le quotidien local The Seattle Times citant la police locale, l’homme était en train de réparer sa voiture dans l’entrée de sa cour quand un assaillant décrit comme un homme blanc portant un masque sur le bas du visage se serait approché de lui et aurait crié : «Retourne dans ton pays !». Puis, il aurait ouvert le feu et blessé le sikh à la main.

L'homme n'a été que superficiellement blessé. Selon un responsable de la communauté locale sikh Jasmit Singh, la victime est déjà sortie de l’hôpital. «Il a eu très peur, sa famille aussi. Nous ne comprenons pas ce qui se passe. Le climat de haine actuel n'épargne personne», a-t-il déploré au Seattle Times.

L’assaillant est en fuite pour le moment. La police a confié au journal avoir informé le FBI de l’incident et ouvert une enquête. Le chef de police de Kent, Ken Thomas, a déclaré à la chaîne de télévision que ce fait divers avait été qualifié de «potentiel crime haineux». «Nous croyons que […] la victime est tout à fait crédible et que cet incident s’est produit tel qu'il l'a décrit», a-t-il ajouté.

Cet incident intervient quelques semaines après le meurtre d’un Indien, dans le Kansas, par un agresseur qui aurait également proféré des insultes racistes. Srinivas Kuchibhotla, un homme de 32 ans, a succombé à ses blessures alors que l'ami qui l'accompagnait a été blessé.

Les fidèles du sikhisme, religion provenant de la région du Punjab dans le nord-ouest de l’Inde, ont été pris pour cible aux Etats-Unis en raison de leurs traditions vestimentaires, notamment le port du turban, confondu avec la coiffe portée par les chefs d’Al-Qaïda, notamment Oussama Ben Laden.

Lire aussi : La photo n'était pas bonne, un sikh accusé à tort d'être un des terroristes de Paris 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales