Reportage exclusif de RT à Palmyre, à nouveau libérée par l’armée syrienne des mains de Daesh

Reportage exclusif de RT à Palmyre, à nouveau libérée par l’armée syrienne des mains de Daesh© Omar Sanadiki Source: Reuters
Des soldats syriens sur les ruines du Temple de Bêl à Palmyre

Après la fin de l'opération de libération de Palmyre par l'armée syrienne appuyée par l’aviation russe, RT a eu un accès exclusif à la ville antique reprise aux terroristes de Daesh. Reportage.

La correspondante de RT Lizzie Phelan était en Syrie pour un reportage exclusif depuis Palmyre après la reprise de «la perle du désert» par les forces gouvernementales.

Scrutant depuis une colline donnant sur Palmyre l'assaut final pour libérer la ville, Lizzie Phelan nous décrit les combats et les frappes aériennes opérées afin de reprendre le contrôle de l'aéroport.

«Nous avons été informés que les forces pro-gouvernementales, avec l’appui d’hélicoptères d’attaque russes, avaient repris le contrôle total de la ville de Palmyre. Nous savons que les troupes du gouvernement sont stationnées dans l’ancienne cité, au milieu des fameuses ruines», explique la correspondante de RT.

Les combats restent «intenses» à la périphérie de la ville, des centaines de combattants de Daesh essayant toujours de briser les lignes gouvernementales. Les terroristes, fait remarquer Lizzie Phelan, sont armés de «chars et mitrailleuses de gros calibre» et de «canons anti-aériens».

Les images filmées par l'équipe de RT sur le terrain montrent aussi, de nuit, les abords de l’ancienne citadelle, que les forces syriennes ont réussi à sécuriser après des jours de violents assauts. L’entrée des ruines est gardée par des troupes fidèles au gouvernement, mais l'accès au site est toujours limité, les terroristes ayant miné toute la zone avant leur fuite.

De hauts fonctionnaires syriens ont récemment confirmé qu'ils avaient réussi à repousser les militants hors de la ville. La libération de Palmyre avait été annoncée un peu plus tôt par le porte-parole du président russe, citant le ministère de la Défense.

«Le drapeau de Daesh a été enlevé de la ville de Palmyre. Cela devrait être considéré comme une réussite commune des forces aériennes russes et des militaires syriens. L'intégralité du territoire syrien sera libérée des terroristes dans un court délai», a indiqué Andreï Krasov, chef adjoint du Comité parlementaire pour la Défense.

Lire aussi : Bachar el-Assad : «le sang des soldats russes morts en Syrie ne se mesure pas en argent»

Les sapeurs syriens, formés par leurs homologues russes, sont à nouveau en train de déminer les ruines de la cité antique, presque un an après sa première libération. En parallèle, des fortifications sont érigées à la périphérie de Palmyre pour empêcher toute contre-offensive de Daesh.

La ville avait été une première fois libérée des djihadistes en mars 2016. Cependant, dans le cadre d'une offensive inattendue, les terroristes avaient réussi à la reprendre en décembre, alors que les forces syriennes étaient occupées à Alep.

Des images captées par drone et publiées plus tôt par le ministère russe de la Défense montrent que les terroristes ont infligé d'autres dégâts à la cité antique. La façade du théâtre et le Tétrapyle adjacent ont été détruits.

Avant les agissements de Daesh, Palmyre était un musée à ciel ouvert, à seulement 210 kilomètres de la capitale syrienne, Damas. Le site, qualifié par l’UNESCO d'«oasis dans le désert syrien» était prisé des touristes du monde entier avant que le conflit n'éclate dans le pays en 2011. 

Lire aussi :Après ses multiples défaites, Daesh entamerait-il son déclin financier ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales