Daesh détruit deux nouveaux joyaux architecturaux de Palmyre

Daesh détruit deux nouveaux joyaux architecturaux de Palmyre© Omar Sanadiki REUTERS / SPUTNIK

D’après des informations de la télévision syrienne, les terroristes de Daesh ont recommencé leur entreprise de destruction à Palmyre en s'attaquant au moins à une partie de l’amphithéâtre romain et au célèbre tétrapyle.

Palmyre, reprise par les militants de Daesh, est une nouvelle fois victime de la volonté de l'Etat islamique de faire table rase du passé. La destruction massive d'antiquités y a donc repris.

Dans la matinée du 20 janvier, le chef syrien des Antiquités Maamoun Abdelkarim a déclaré que les terroristes avaient déjà détruit la façade de l’amphithéâtre et le célèbre tétrapyle, un monument de 16 colonnes.

«Cette destruction délibérée est un nouveau crime de guerre. C'est une immense perte pour le peuple syrien et pour toute l'humanité», a réagi Irina Bokova, directrice de l'Unesco dans un communiqué.

«Ce nouveau coup porté au patrimoine culturel, quelques heures après que l'Unesco ait été informée d'une exécution massive dans l'ancien théâtre de Palmyre, montre combien le nettoyage culturel conduit par des extrémistes vise à la fois les vies humaines et les monuments historiques, afin de priver le peuple syrien de son passé et de son avenir», a-t-elle ajouté.

EditDelete

Le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov a sévèrement condamné ces exactions «barbares». «Ce qui se passe est une véritable tragédie, il s'agit d'une grande perte de l'héritage culturel mondial. Les actions barbares des terroristes continuent et bien évidemment, les militaires syriens n'abandonnent pas leurs projets de libéreration cette ville ainsi que de toutes les autres villes» syriennes, a-t-il affirmé. 

La veille, le ministre de la Défense russe avait prévenu que, d’après les sources du ministère, les terroristes se préparaient à frapper. «Les combattants de Daesh ont apporté une grande quantité d’explosifs à Palmyre pour détruire le patrimoine de la ville», avait-il affirmé.

Depuis début décembre 2016, les combats font rage aux abords de la ville de Palmyre. Les djihadistes ont lancé une violente offensive pour reprendre la cité antique, libérée le 27 mars 2016 par les troupes gouvernementales syriennes. Les terroristes s'étant considérablement renforcés, y compris grâce à du matériel militaire lourd venu des régions de Raqqa et de Deir es-Zor, les troupes de l'armée syrienne n'avaient pu faire face.

Lire aussi : Avant / Après : ce patrimoine dévasté par les guerres de Daesh (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.