Traqué, le chef de Daesh aurait demandé à ses djihadistes de quitter l'Irak... ou de se faire sauter

Traqué, le chef de Daesh aurait demandé à ses djihadistes de quitter l'Irak... ou de se faire sauter
Les forces spéciales irakiennes arrêtent un homme suspecté d'appartenir à Daeh près de Mossoul le 26 février 2017, ©Alaa Al-Marjani/Reuters

Le chef de Daesh en Irak Abou Bakr al-Baghdadi aurait transmis une déclaration en forme de «message d'adieu» à ses fidèles. Concédant la défaite de Daesh en Irak, il leur demande soit de rentrer dans leur pays d'origine soit se faire exploser.

Selon la télévision irakienne qui cite des sources proches du gouvernorat de Ninive (ou se trouve Mossoul), une déclaration de Abou Bakr al-Baghdadi, titrée «Discours d'adieu», a été diffusée parmi les cadres de Daesh ce 28 février 2017. Admettant la défaite de Daesh en Irak, le chef de guerre a ordonné la fermeture des bureaux administratifs de Daesh, laissant aux combattants le choix : soit retourner dans leurs pays d'origine pour y continuer le combat, soit se faire sauter dans des attentats terroristes, avec la fameuse promesse des «72 vierges au paradis».

Si le message était authentifié, ce serait la preuve qu'Abou Bakr al-Baghdadi est toujours vivant. En effet, selon les médias irakiens, le chef de guerre aurait été blessé le 9 février 2017 lors d'un bombardement de l'aviation irakienne, lequel avait tué 13 membres de Daesh. Le premier ministre irakien avait déclaré au début du mois de février 2017 que les autorités connaissaient la localisation du chef de Daesh, dont la tête est mise à prix pour 25 millions de dollars par les autorités américaines.

Lire aussi : Abou Bakr al-Baghdadi aurait été blessé lors d'un raid de l'aviation irakienne

L'armée régulière irakienne, appuyée par des troupes américaines, ont lancé le 19 février 2017 une offensive massive contre Mossoul, dernier grand bastion de Daesh en Irak. Les combats se révèlent longs et difficiles, notamment en raison de la présence de 750 000 personnes, dont plus de 300 000 enfants, dans la ville auxquels se mêlent les combattants islamistes. Une situation qui rappelle celle d'Alep, en Syrie, à la fin de l'année 2016, à la différence qu'à Mossoul, ce sont les Occidentaux qui sont à la manœuvre.

Lire aussi : La population de Mossoul souffre d'une opération préparée «à la hâte» et Daesh en tire profit

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»