Syrie : six bombardiers russes frappent de nouveau des positions de Daesh à Deir ez-Zor

Syrie : six bombardiers russes frappent de nouveau des positions de Daesh à Deir ez-Zor Source: Sputnik
Un bombardier russe stratégique Tu-22M3 au cours d'une opération militaire contre des positions de Daesh en Syrie

Pour la quatrième fois, l'aviation russe a bombardé l'Etat islamique à Deir ez-Zor. Les bombardiers russes ont volé depuis la Russie et ont notamment détruit deux postes de commandement ainsi que des dépôt d’armes appartenant aux djihadistes.

«Le 25 janvier 2017, six bombardiers de longue portée Tu-22M3 ayant décollé d’un aéroport situé sur le territoire de la Fédération de Russie ont frappé les positions des terroristes dans la province de Deir ez-Zor après avoir survolé l'Iran et l'Irak», a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué. 

Le ministère russe a également précisé que des postes de commandements de l'Etat islamique, ainsi que des dépôts d'armes ont été détruits par les frappes aériennes. Des avions Su-30SM et Su-35S, déployés à la base aérienne de Khmeimim en Syrie, ont par ailleurs escorté les bombardiers. Après leur mission, les avions sont retournés sur leurs aérodromes.

L'aviation russe a mené des frappes similaires les 21 et 23 janvier contre les positions de l'Etat islamique à Deir ez-Zor, dans le nord-est de la Syrie. Si Daesh a réussi à conquérir une partie du territoire de la province, la ville de Deir ez-Zor reste encore sous le contrôle des forces gouvernementale malgré l'afflux de milliers de djihadistes en provenance de Mossoul. 

Les bombardements russes surviennent alors que les terroristes de Daesh ont encerclé l'aéroport militaire de Deir ez-Zor la semaine dernière. Cette base aérienne est vitale pour l'approvisionnement des civils et des militaires syriens.

L'Etat-major russe a par ailleurs souligné le 18 janvier la menace de génocide et d'extermination à laquelle font face les 120 000 civils de Deir er-Zor en cas de capture de la ville, assiégée par l'Etat islamique depuis juillet 2014.

Lire aussi : Quand le chef du Pentagone prétend que la Russie n'a «virtuellement rien accompli» en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.