Chasse aux sorcières : un informaticien russe arrêté en Espagne sur demande du FBI

Chasse aux sorcières : un informaticien russe arrêté en Espagne sur demande du FBI Source: www.globallookpress.com

Un citoyen russe a été arrêté et incarcéré par la police espagnole. Sa détention, demandée par le FBI et Interpol n'a été justifiée par aucune accusation officielle. Les Russes dénoncent un kidnapping et une violation du droit international.

«Nous avons été arrêtés à l'aéroport de Barcelone alors que nous nous y rendions pour rendre une voiture en location, prendre un avion pour Lyon, et continuer notre voyage [...] Lorsque nous sommes sortis de la voiture, deux policiers se sont approchés de nous, ils nous ont montré leurs insignes et ont dit qu'ils plaçaient mon mari en état d'arrestation», a expliqué à RT Darya Lisova, l'épouse de Stanislav Lisov, un informaticien russe arrêté le 13 janvier par les autorités espagnoles à la demande du FBI et d'Interpol.

Darya Lisova a par ailleurs indiqué que les policiers avaient immédiatement fouillé les affaires de son époux, notamment son ordinateur ainsi que son téléphone.

Malgré l’absence d'accusation officielle formulée à l'encontre de Stanislav Lisov, ce dernier est toujours détenu dans la prison de Brians, dans la municipalité de Martorell en Catalogne, selon son épouse. Stanislav Lisov et sa famille vivent dans la ville de Taganrog, dans le sud de la Russie. L'informaticien russe y travaille pour une entreprise locale et s'occupe de l'administration de systèmes informatiques et du développement de sites web. Il était en vacances avec sa femme en Espagne au moment où il a été arrêté. 

L'ambassade de Russie à Madrid a confirmé à RT que Stanislav Lisov avait été arrêté par les autorités espagnoles. «Après avoir reçu les informations, le personnel de l'ambassade et du consulat général de Russie à Barcelone ont établi des contacts avec les représentants de la police espagnole afin de protéger les intérêts du citoyen russe et de lui fournir l'assistance consulaire nécessaire», a par ailleurs déclaré le porte-parole de l'ambassade de Russie à Madrid, Vassili Nioradze.

«Jusqu'à présent, nous n'avons pas été en mesure de comprendre exactement l'objet des soupçons», a affirmé Darya Lisova qui craint que son mari ne soit extradé aux Etats-Unis. Pour le moment, les autorités espagnoles refusent de donner davantage de détails sur cette affaire car le mandat d'arrêt est venu de Washington, directement.

Ni le FBI, ni l'Organisation internationale de la police criminelle (Interpol) n'ont accepté de répondre aux questions de RT. En outre, le département d'Etat américain n'a pas commenté l'affaire.

Violation du droit international et «kidnapping»

Le vice-président de la branche russe du Comité international des droits de l'homme (CIDH), Alexandre Ionov, n'a hésité pour sa part à qualifier l'arrestation et la mise en détention de Stanislav Lisov de violation du droit international. «Si l'Espagne se préparait à procéder à l'arrestation de nos citoyens sur son territoire, alors la partie russe aurait dû être avertie à l'avance», a-t-il notamment expliqué à RT.

Pour lui, Madrid a «simplifié les règles du droit international au détriment des droits de l'homme». Il a par ailleurs noté que l'Espagne et les Etats-Uns avaient «des relations très étroites» s'agissant de l'extradition de citoyens de pays tiers. Le responsable russe a par ailleurs confirmé que ni Moscou, ni l'équipe juridique entourant Stanislav Lisov, n'avaient été en mesure de déterminer la raison officielle de l'arrestation de l'informaticien russe. Alexandre Ionov a qualifié cette arrestation de «kidnapping». 

Le ministère russe des Affaires étrangères a également critiqué la détention de ce citoyen russe et affirmé que Washington mettait en place une chasse à l'homme à l'échelle mondiale contre les citoyens russes. 

Cette arrestation s'est produite peu après que le gouvernement américain et ses services de renseignement ont accusé de manière répétée et insistante – mais sans jamais fournir de preuves – la Russie d'avoir lancé une campagne de cyberattaques contre le Parti démocrate lors de la campagne présidentielle américaine.

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'un spécialiste russe de l'informatique est détenu à l'étranger sur demande des Etats-Unis. Un autre citoyen russe soupçonné d'avoir piraté des cibles américaines avait été arrêté en octobre dernier en République tchèque.

Lire aussi : Ces pays européens qui ont peur des «hackers russes»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.