Allemagne: un migrant syrien arrêté pour avoir demandé à Daesh 180 000 euros pour des camions piégés

- Avec AFP

Allemagne: un migrant syrien arrêté pour avoir demandé à Daesh 180 000 euros pour des camions piégés© Fabrizio Bensch Source: Reuters
Un policier allemand (archive)

Un demandeur d'asile syrien de 38 ans a été arrêté le 31 décembre en Allemagne, soupçonné d'avoir proposé à Daesh, moyennant 180 000 euros, de commettre plusieurs attentats au camion piégé, ont indiqué les autorités allemandes.

Arrêté juste avant le Nouvel an pour avoir été suspecté de «financement du terrorisme», un migrant syrien a été placé en détention provisoire. Cette infraction est passible de 6 mois à 10 ans de prison, et couvre aussi bien le fait de fournir de l'argent pour un attentat que celui d'en solliciter.

Selon le parquet de Sarrebruck (ouest), les investigations n'ont montré aucune «préparation concrète» d'une attaque, et cette qualification pénale n'a pas été retenue contre le suspect, demandeur d'asile arrivé fin 2014 en Allemagne.

L'enquête a en revanche révélé les échanges de cet homme, sur la messagerie cryptée Telegram, avec un correspondant syrien «qu'il savait en mesure d'obtenir de l'EI de l'argent pour financer le terrorisme».

Le suspect réclamait 180 000 euros pour «fournir et maquiller» plusieurs camions remplis d'explosifs, les précipiter dans la foule et tuer un grand nombre «de non-musulmans», explique le parquet.

Il s'agissait de frapper «en Allemagne, en France, en Belgique et aux Pays-Bas», précise la police dans un communiqué distinct, affirmant elle aussi qu'il s'agit d'un scénario «loin de tout début de concrétisation».

Auprès de son correspondant, le suspect justifiait la somme requise en évaluant à 22 500 euros le prix d'un camion et en affirmant que chaque véhicule devait contenir 400 à 500 kg d'explosifs.

Un homme, probablement le Tunisien Anis Amri tué par la police italienne le 23 décembre, a foncé le 19 décembre dans la foule d'un marché de Noël de Berlin avec un camion volé, tuant 11 personnes. Il a aussi abattu le chauffeur polonais du poids lourd.

Lire aussi : Après l'attentat de Berlin, l'Allemagne va prolonger les contrôles à sa frontière

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.