Benjamin Netanyahou convoque dix ambassadeurs après le vote de la résolution de l'ONU

Benjamin Netanyahou convoque dix ambassadeurs après le vote de la résolution de l'ONU© Reuters
L'abstention américaine a permis l'adoption d'une résolution de l'ONU condamnant la colonisation israélienne : les ambassadeurs de 10 autres pays sont convoqués par Benyamin Netanyahou.

La convocation des ambassadeurs un dimanche, férié dans de nombreux pays qui plus est, un est un signe fort de la colère du gouvernement israélien suite à l'adoption controversée d'une résolution à l'ONU condamnant la colonisation israélienne.

Le gouvernement israélien ne décolère pas après l'adoption par le Conseil de sécurité de l'ONU d'une résolution condamnant la «violation du droit international» que constitue, selon lui, la colonisation israélienne des territoires cisjordaniens. Benjamin Netanyahou a décidé de convoquer ce 25 décembre les ambassadeurs de dix pays ayant voté en faveur de la résolution, à savoir la France, le Royaume-Uni, la Chine, la Russie, l'Egypte, le Japon, l'Uruguay, l'Espagne, l'Ukraine et la Nouvelle-Zélande, ainsi que celui des Etats-Unis, dont l'abstention a permis l'adoption du texte.

Le Premier ministre israélien s'est dit convaincu que l'administration Obama était à l'origine de cette résolution, l'avait promue, en avait dirigé la rédaction et exigé son passage. Ces allégations ont été démenties par la diplomatie américaine, mais cela ne semble pas avoir calmé le jeu, comme en témoigne la convocation des ambassadeurs un dimanche de fête - un fait extrêmement rare et hautement symbolique.

Plus tôt dans la semaine, d'après le Premier ministre israélien, une première résolution devait être déposée par l'Egypte, ce dont Benjamin Netanyahou et John Kerry, chef de la diplomatie américaine, étaient parvenus à dissuader l'Etat égyptien. Dès le lendemain, un texte similaire avait toutefois été de nouveau proposé au vote par la Nouvelle-Zélande, le Sénégal, le Venezuela et la Malaisie - ces deux derniers Etats n'entretiennent d'ailleurs plus de relations diplomatiques avec Israël.

Immédiatement après l'annonce du vote, Benjamin Netanyahou avait dénoncé la résolution comme le produit d'une «coalition anti-israélienne», mettant un point d'honneur à en rejeter les conclusions tout en promettant des sanctions, notamment financières, contre l'ONU. Aux Etats-Unis, la décision de ne pas opposer de veto lors du vote a également créé la controverse dans la classe politique, une partie des Républicains s'en prenant à ce qu'ils estiment être un «acte de trahison» de l'administration Obama envers l'Etat israélien, voire un acte «antisémite».

La passation de pouvoir entre Barack Obama et Donald Trump attendue pour la fin du mois de janvier 2017 laisse espérer à la diplomatie israélienne une amélioration des relations israélo-américaines, qui se sont considérablement dégradées sous la présidence du président démocrate. Donald Trump, qui est entouré de fervents pro-israéliens du parti républicain, a également condamné la résolution de l'ONU, estimant qu'elle «compliquait les négociations de paix».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»