Italie : la révélation de l'identité des policiers ayant tué Anis Amri suscite la controverse

Italie : la révélation de l'identité des policiers ayant tué Anis Amri suscite la controverse© DANIELE BENNATI Source: AFP
La dépouille d'Anis Amri, auteur présumé de l'attentat du marché de Noël de Berlin, près de Milan, le 23 décembre

Des internautes ont reproché aux autorités italiennes d'avoir mis en danger les deux agents ayant abattu l'auteur présumé de l'attentat de Berlin, en révélant leurs noms, tandis que d'autres se sont indignés de leurs sympathies pour le fascisme.

«Merci du fond du cœur aux policiers Christian Movio et Luca Scatà pour leur professionnalisme.» En dévoilant ainsi sur Twitter l'identité des deux agents de police ayant abattu Anis Amri, l'auteur supposé de l'attentat de Berlin du 19 décembre ayant causé la mort de 12 personnes, le ministre de l'Intérieur italien Marco Minniti ne s'attendait sans doute pas à provoquer un tel déluge de réactions.

Dans un premier temps, de nombreux internautes ont dénoncé la révélation des noms des deux fonctionnaires, s'inquiétant des conséquences que cet acte pourrait avoir sur leur sécurité. Il n'est en effet pas difficile d'imaginer que les policiers ayant tué le terroriste présumé, qui avait prêté allégeance à l'organisation djihadiste Daesh, deviennent des cibles privilégiées de celle-ci. L'un des utilisateurs de Twitter a par exemple lancé au membre du gouvernement italien : «Mais êtes-vous fou de révéler leurs noms et prénoms ?»

De même, un internaute a tweeté avec amertume : «Ils pourraient tant qu'ils y sont mettre leur tête à prix. Vous êtes des crétins, des irresponsables, des criminels et des idiots.»

Des policiers adeptes du «bras tendu»

Une autre polémique est venue se superposer à celle-ci : un certain nombre d'internautes ont réagi à la découverte, sur les comptes de Christian Movio et Luca Scatà sur les réseaux sociaux, d'informations et d'images témoignant d'opinions politiques peu consensuelles. «Leur profil contient une véritable anthologie de bras tendus, des photos d'Hitler, de Mussolini», a résumé le journal italien La Repubblica, le 23 décembre, tout en précisant que les comptes en question n'étaient désormais plus consultables, sur ordre du commissaire de Milan Antonio De Iesu.

Des visuels présentés comme des captures d'écran des profils en question ont néanmoins été diffusés sur Twitter.

L'attentat à l'origine de ces polémiques est survenu lors du marché de Noël de Berlin du 19 décembre. Soupçonné d'être l'auteur de cette attaque, le jeune Tunisien Anis Amri a été abattu par les forces de police italiennes au nord de Milan quelques jours après, le 23 décembre. L'un des deux policiers impliqués dans l'opération, Christian Movio, a été blessé par balle à l'épaule durant celle-ci.

Lire aussi : Attentat de Berlin : la Tunisie arrête trois personnes liées au terroriste présumé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.