Facebook, Google et Twitter accusés d'avoir aidé Daesh à perpétrer la tuerie d'Orlando

Facebook, Google et Twitter accusés d'avoir aidé Daesh à perpétrer la tuerie d'Orlando© Carlo Allegri Source: Reuters
Vue aérienne de la discothèque Pulse à Orlando

Des proches de victimes de la fusillade d'Orlando ont décidé de porter plainte contre Twitter, Facebook et Google pour avoir apporté un «soutien matériel» à Daesh et facilité la radicalisation du tireur.

«Sans les accusés Twitter, Facebook et Google, il n'aurait pas été possible que l'Etat islamique devienne le groupe terroriste le plus redouté dans le monde, en quelques années», peut-on lire dans la plainte enregistrée le 19 novembre dans le Michigan, au nom des familles de Tevin Crosby, Javier Jorge-Reyes et Juan Ramon Guerreo, victimes de la fusillade de la discothèque d'Orlando en juin dernier.

Le terroriste, Omar Mateen, «a été radicalisé par Daesh en utilisant les outils des accusés», a déclaré à Fox News, l'avocat Keith Altman, représentant les familles. Ce même avocat représente la famille de Noémie Gonzalez dans une plainte similaire déposée en France contre les mêmes acteurs de l'internet

Néanmoins, la législation américaine ne permet pas de rendre responsables des contenus postés sur leur plate-forme, les fournisseurs de services informatiques.

Mais les familles espèrent quand même que la plainte pourra aboutir à une condamnation. «J'espère que nous pourrons obtenir la mise en place de règles», a affirmé le père de Juan Ramon Guerreo, affirmant : «Ils doivent agir afin d'empêcher ces gens de faire ce genre de choses.»

L'attaque d'Orlando, qui avait causé 49 morts, avait été revendiquée par l'Etat islamique mais les enquêteurs n'ont pu établir aucun lien formel entre le tireur et le groupe terroriste. 

Lire aussi : Le père d’une victime des attentats de Paris poursuit Facebook et Twitter pour propagande extrémiste

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales