Mise en scène macabre du tueur des Yvelines Larossi Abballa sur Facebook Live

Larossi Abballa, capture d'écran de son compte Facebook
Larossi Abballa, capture d'écran de son compte Facebook

Larossi Abballa, meurtrier d'un couple de policiers, a revendiqué ces assassinats tout de suite après les avoir commis aux alentours de 21 heures, lundi 13 juin en se mettant en scène sur Facebook Live.

«On a répondu favorablement à cheikh Adnani», «l'Euro sera un cimetière», a notamment déclaré le jeune français de 25 ans, Larossi Abballa, qui s'était radicalisé ces dernières années, selon la police.

Lire aussi : Yvelines : un policier et sa compagne tués près de Paris, l'Etat islamique revendique l'assassinat

Ses paroles ont été rapportées sur le compte Twitter de David Thomson, spécialiste des djihadistes français et journaliste pour RFI.

Larossi Abballa se filme avec le bébé de trois ans du couple qu'il vient d'assassiner

Il a visionné ce «long message de revendication» au cours duquel l'assaillant, qui a affirmé faire partie de l'Etat islamique, se met en scène avec le bébé de trois ans du couple de policiers.

Alors qu'il vient d'assassiner ses parents, il explique se demander ce qu'il va faire de l'enfant en bas âge.

Des photos de ses victimes sur Facebook

Dans la nuit, Larossi Abballa a également posté des photos de ses victimes sur son compte Facebook.

Son compte a depuis été suspendu.

Auparavant connu pour des faits de vols et de violences, Abballa, propriétaire d'un restaurant à Mantes-La-jolie, s'était radicalisé au point de se faire arrêter en 2013 pour avoir participé à une filière djihadiste entre la France et le Pakistan.

Il avait été condamné à trois ans de prison dont six mois avec sursis et deux ans de mise à l'épreuve pour «association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes».

Lire aussi : EN CONTINU : l'assaillant ayant tué deux policiers était connu des services de renseignement

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales