Turquie : neuf arrestations après le saccage des bureaux du parti prokurde (IMAGES)

- Avec AFP

Turquie : neuf arrestations après le saccage des bureaux du parti prokurde (IMAGES)© DOGAN NEWS AGENCY Source: AFP
Des manifestants à Kayseri

Les autorités turques ont arrêté neufs personnes après le saccage de locaux du Parti démocratique des peuples (pro-kurde) par des manifestants nationalistes après l'attentat-suicide meurtrier du 17 décembre.

Tous les bureaux du Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde) ont été attaqués. L’un d’entre eux se trouve à Kayseri, où un bus transportant des militaires a été frappé, le 17 décembre, par une explosion qui a tué quatorze soldats turcs et blessé 56 personnes. 

Aucun groupe n’a revendiqué cette attaque mais le président turc Recep Tayyip Erdogan a publié un communiqué disant qu’une «organisation séparatiste terroriste» était derrière cette attaque, un terme qu’il utilise souvent pour se référer au Parti des travailleurs du kurdistan (PKK).

A Kayseri, des manifestants ont fait irruption dans le bâtiment où se trouve le bureau du HDP, ils ont mis le feu à l’immeuble et déployé sur le toit un drapeau rouge [emblème du Parti turc du mouvement nationaliste d’extrême droite, MHP] avec trois croissants de lune.

Ils ont aussi arraché l’affiche du HDP de l’entrée.

© DOGAN NEWS AGENCY Source: AFP

Les violences ont continué dans la nuit du 17 au 18 décembre et le HDP a affirmé que 20 de ses bureaux à travers le pays avaient été attaqués. Plusieurs d'entre eux ont aussi été pillés, complètement détruits ou incendiés, toujours par des nationalistes turcs. 

A Istanbul, un de ses bureaux a été attaqué avec des bombes assourdissantes, tandis qu'une centaine de balles ont été tirées sur un autre. Des images postées sur Twitter montrent le siège du parti, dans le quartier de Kartal à Istanbul, complètement saccagé avec des meubles cassés et des papiers déchirés.

Les suspects arrêtés sont soupçonnés d'avoir participé à ces deux attaques.

Le HDP, qui nie tout lien avec le PKK et a fermement condamné l'attentat, a accusé les autorités de fermer les yeux sur les violences dont il fait l'objet. «On est en train d'essayer de créer les conditions d'un conflit ou d'une tentative de coup d'Etat», a déclaré le porte-parole du parti, Ayhan Bilgen, tout en demandant à ses partisans de ne pas répondre aux provocations.

Lire aussi : Turquie : des partisans du parti kurde HDP dispersés à coups de canon à eau à Mardin

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage