Quand les USA accusent la Russie de bloquer l'aide pour Alep... l’ONU dit le contraire

Quand les USA accusent la Russie de bloquer l'aide pour Alep... l’ONU dit le contraire© Abdalrhman Ismail Source: Reuters
Des ambulances et des bus d'évacuation à Alep

Alors que Moscou se demande pourquoi l’Occident ne fournit pas d’aide à la Syrie, Américains et Britanniques s'empressent d'accuser la Russie d’entraver l’action humanitaire à Alep. L’ONU et la Croix Rouge, elles, saluent les efforts russes.

Après la libération d'Alep des mains des djihadistes, les civils demeurent dans une situation humanitaire critique. Et les camps à même d'apporter l'aide nécessaire s'écharpent sur leurs actions ou inactions respectives. Ainsi, les Etats-Unis et le Royaume-Uni affirment tous deux que la Russie empêche les livraisons d’aide humanitaire d'être effectuées à Alep. Les ministres de la Défense des deux pays ont expliqué la position de leurs gouvernements à la correspondante de RT Anastassia Tchourkina lors d’une conférence de presse après une réunion portant sur la Syrie à Londres.

«Nous essayons de livrer de la nourriture, des médicaments et d’autres produits de première nécessité à Alep depuis l'été et nous n’avons aucune coopération de la Russie. Par contre, nous avons vu que des convois d’aide avaient été attaqués et des hôpitaux bombardés et avons assisté à une attitude barbare envers les souffrances des civils d'Alep», a déclaré le 15 décembre le secrétaire britannique de la Défense Michael Fallon.

Son homologue américain Ash Carter s’est rangé du côté du ministre britannique, accusant les gouvernements syrien et russe d'être responsable de leurs échecs de livraisons d’aide humanitaire. «La communauté internationale, les Nations unies essaient de fournir de l’aide humanitaire [...] Mais cela n’a pas été possible à cause du régime et des Russes qui n’ont pas autorisé à y procéder», a-t-il expliqué.

L’ONU affirme le contraire

Pour autant, ces critiques se voient contredites par les propos d’un conseiller humanitaire sur la Syrie à l'ONU, Jan Egeland, qui s’est félicité de la coopération russe lors du retrait des combattants d’Alep. «Nous recevons de l’aide 24 heures sur 24 de la part des militaires russes et nous pensons que nous pourrons surveiller et assister les évacuations», a-t-il déclaré.

Le 15 décembre, la Russie et la Syrie ont organisé l'évacuation pacifique des groupes armés, des membres de leurs familles et des civils d’Alep. L’opération a été effectuée avec l’aide de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Le directeur régional de la Croix-Rouge au Moyen-Orient, Robert Mardini, a expliqué à RT que l’action humanitaire à Alep était de grande échelle. «Une dizaine de collègues du Comité international de la Croix-Rouge (ICRC), des centaines de volontaires du Croissant-Rouge syrien, 13 ambulances, quatre véhicule de l’ICRC et plus de 20 bus ont effectué ces évacuations d’Alep-Est vers l’ouest et les zones rurales, où les gens ont pu recevoir un traitement», a-t-il déclaré.

Lire aussi : Plus de 13 000 civils ont pu quitter Alep-Est selon le ministère de la Défense russe

«L’Occident a ignoré les appels de la Russie à livrer de l’aide à Alep»

La Russie appelle depuis des mois l’Occident à livrer de l’aide à Alep. Le ministère russe des Affaires étrangères a exhorté l’ONU à se joindre aux efforts pour fournir de l’aide humanitaire aux Syriens. «Nous appelons les structures humanitaires de l’ONU à s’engager activement et immédiatement dans la livraison d’une assistance humanitaire indispensable aux Syriens, surtout aux habitants d’Alep libérés des terroristes et des extrémistes», lit-on dans un communiqué du ministère.

En outre, le ministère a qualifié d’«inacceptable» la situation actuelle, plusieurs hauts responsables de l’ONU ayant pris part à la campagne de propagande occidentale contre les efforts antiterroristes russes et syriens.

Le ministère russe de la Défense a regretté le 14 décembre que tous les appels à l’Ouest et aux organisations internationales pour participer à l’aide humanitaire pour Alep aient été ignorés. «Au lieu de l’assistance aux Syriens, il n’y a eu que silences ou excuses basées sur des soi-disant menaces sécuritaires», déplore le ministère dans son communiqué.

Alep a été divisé entre les forces gouvernementales et les rebelles depuis le début du conflit syrien en 2011. L’armée syrienne a récemment mené terme son offensive de libération de la ville, permettant à des milliers de personnes de fuir et d'obtenir de l’aide de la part des militaires syriens et russes.

Lire aussi : Bachar el-Assad a félicité les Syriens pour la libération d'Alep

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Parmi ces déplacements de campagne électorale, lequel jugez-vous le plus opportuniste ?

Résultats du sondage