L'Arabie Saoudite ne veut pas «d'ingérence dans les affaires intérieures» du Yémen

L'Arabie Saoudite ne veut pas «d'ingérence dans les affaires intérieures» du Yémen © Hamad I Mohammed Source: Reuters
Le roi Salmane qui mène la coalition arabe sunnite contre les rebelles houtis ne veut pas d'ingérence dans les affaires du Yémen
Suivez RT France surTelegram

Le royaume dirige la coalition arabe qui mène des raids aériens au Yémen depuis mars 2015. Le roi Salmane explique ne pas souhaiter qu'un pays tiers intervienne dans le conflit, accusant à demi-mot l'Iran de soutenir les rebelles Houthis.

«Nous n’accepterons aucune ingérence dans les affaires intérieures du Yémen», a déclaré mercredi 14 décembre le roi Salmane d'Arabie Saoudite. Il a ajouté qu'il était déterminé à empêcher le Yémen de devenir «une base ou un point de passage» pour un pays ou une partie menaçant la sécurité du royaume. 

Si le souverain n'a fait aucune référence explicité à l'Iran ou au Hezbollah, des responsables saoudiens n'ont en revanche pas hésité à accuser Téhéran et la milice libanaise d’aider militairement les rebelles yéménites houthis. 

L'organisation Conflict Armament Research, basée en Grande-Bretagne et financée par l'Union Européenne, a déclaré avoir trouvé un «passage» par lequel transite des armes de l'Iran vers le Yémen en passant par la Somalie. Elle explique avoir analysé des photographies d'armes, y compris des fusils d'assaut et des lance-roquettes, pour tirer ses conclusions. L'Iran de son côté, a toujours nié fournir des armes aux rebelles. 

Ryiad : des frappes aériennes depuis 2015 au Yémen

Riyad dirige depuis mars 2015 une coalition militaire arabe d'un dizaine de pays qui mène des frappes aériennes pour combattre les rebelles houthis au Yémen.

Le conflit oppose la communauté chiite houthis, qui soutient l'ancien président Ali Abdallah Saleh déstitué après le printemps arabe, aux forces gouvernementales d'Abd Rabbo Mansour Hadi soutenues par l'Arabie Saoudite et la coalition arabe sunnite. 

Entrés en rébellion depuis 2014, les Houthis ont depuis reconquis la capitale Sanaa.

Lire aussi : Hôpital bombardé au Yémen : une «erreur non-intentionnelle» selon une investigation saoudienne

La guerre au Yémen a fait plus de 7 000 morts et près de 37 000 blessés depuis le début de l’intervention de la coalition sous commandement saoudien, selon l’ONU.

Lire aussi : Yémen : 12 civils auraient été tués dans un marché dans une frappe aérienne saoudienne

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix