Duterte à Poutine : les pays occidentaux commencent des guerres qui les effraient eux-mêmes

Duterte à Poutine : les pays occidentaux commencent des guerres qui les effraient eux-mêmes© Michael Klimentyev Source: Reuters
Rodrigo Duterte et Vladimir Poutine à Lima, le 19 novembre

Lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine dans le cadre du forum de l’APEC, au Pérou, le président philippin Rodrigo Duterte a salué la politique de la Russie et a fustigé «l'hypocrisie» des pays occidentaux.

La première rencontre du président russe et de son homologue philippin a eu lieu en marge du sommet de l'APEC, qui réunit ce week-end à Lima les 21 dirigeants de la zone Asie-Pacifique. Rodrigo Duterte y a déclaré qu’il verrait bien les Philippines «faire partie de l'Europe».

«En dépit de la distance, nous avons le désir de faire partie de l'Europe, particulièrement dans le domaine du commerce à travers le monde», a-t-il déclaré.

Pourtant, il a précisé que la politique de certains pays européens est pleine d’hypocrisie.

«Ces derniers temps, je vois les nations occidentales harceler les petits pays. Mais ce n'est pas tout, elles sont très hypocrites», a-t-il poursuivi.

«Il me semble qu'ils veulent commencer une guerre en ayant eux-mêmes peur d'y participer. C'est ce qui ne va pas avec les Etats-Unis et les autres. Ils ont fait la guerre dans tellement de pays, au Viêt Nam, en Afghanistan ou encore en Irak. C'est une politique absolument déstructrice», a-t-il conclu.

Peu avant de s'envoler vers le Pérou, le président philippin avait réitéré sa menace de se retirer de l'ONU, coupable, selon lui, d'avoir échoué à éviter des guerres responsables de la mort de «milliers» de femmes et d'enfants.

«Vous savez, si la Chine et la Russie décidaient de créer un nouvel ordre, je serais le premier à le rejoindre», avait-il alors déclaré.

Le sommet de l’APEC, la coopération économique pour l'Asie-Pacifique, a débuté à Lima le 18 novembre. L’un des sujet principal est le TPP (l'accord de partenariat transpacifique). Cet accord a été signé par 12 pays (Etats-Unis, Canada, Mexique, Chili, Pérou, Japon, Malaisie, Vietnam, Singapour, Brunei, Australie et Nouvelle-Zélande) après des années de négociations, entamées en 2008. Son but est de créer la plus vaste zone de libre-échange au monde. 

Mais pour entrer en vigueur, l'accord doit encore être ratifié par les parlements des pays concernés. Aux Etats-Unis, le processus est compromis par l'arrivée au pouvoir de Donal Trump. Pendant toute sa campagne, il a fustigé les conséquences de cet accord commercial, ainsi que du TTIP.

«Les adeptes de la mondialisation ont détruit la classe ouvrière américaine et ont créé une classe moyenne en Asie», a fait savoir Steve Bannon, nouveau conseiller en stratégie du président élu, le 18 novembre à Washington.

Lire aussi : Angela Merkel admet que l'élection de Donald Trump rend la signature du TTIP impossible

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Qui est pour vous le principal fossoyeur de la gauche en 2017 ?

Résultats du sondage