Podesta 34 : comment Clinton s'octroie le soutien de politiciens hispaniques en quelques appels

Podesta 34 : comment Clinton s'octroie le soutien de politiciens hispaniques en quelques appels© Brian Snyder Source: Reuters
John Podesta

WikiLeaks a diffusé un 34e lot de correspondances, soit 888 emails issus du compte du directeur de campagne d'Hillary Clinton, John Podesta, à quelques heures de l'élection présidentielle américaine.

Parmi les 888 courriels issus de la boîte mail de John Podesta diffusés par WikiLeaks, on retrouve un message adressé à Hillary Clinton, daté du 21 août 2015, intitulé : «Latinos nécessiteux et un appel à faire».

Dans ce message, le directeur de la campagne démocrate suggère à sa candidate des appels à passer auprès de personnalités d'origine hispanique afin de solliciter leur soutien.

Sont cités dans ce message Federico Pena et Bill Richardson, deux hommes politiques d'origine hispanique ayant été en fonction à l'époque où Bill Clinton était président.

Concernant Federico Pena, ancien secrétaire du ministère des Transports sous l'administration Clinton, John Podesta affirme que «son travail au ministère a détruit sa famille». «[Il] a tout donné à la cause et n'a pas passé de temps avec sa famille, il a vécu un divorce tumultueux à la fin des années 1990 et a vraiment été abandonné. Il s'est senti laissé pour compte et coupé du monde des Clinton», poursuit le directeur de campagne d'Hillary Clinton.

John Podesta donne alors la marche à suivre à sa candidate pour appeler Federico Pena : «1) Tu as vraiment aimé voir Cindy à l’événement des Chambres et apprécié son soutien. 2) Demande lui comment il se porte. 3) Demande lui son avis concernant les primaires. 4) Demande qu'il envisage de te soutenir publiquement.»

Concernant Bill Richardson, ancien gouverneur du Nouveau Mexique et ambassadeur des Etats-Unis aux Nations unies lors du second mandat de Bill Clinton, John Podesta rapporte qu'une récente conversation téléphonique avec l'ancien président s'était bien déroulée «malgré le fait que [Bill Richardson] peut être un crétin».

«Il a eu une bonne conversation avec le président et s'est bien comporté lors de ses interviews depuis», affirme John Podesta au sujet de l'ex-gouverneur du Nouveau Mexique, conseillant à Hillary de l'appeler pour qu'il la soutienne lors de sa prochaine apparition sur NBC.

Lire aussi : Hillary Clinton et l'Emailgate : pourquoi c'est grave

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage