En Irak, l'alcool est désormais interdit

En Irak, l'alcool est désormais interdit© Ahmed Saad Source: Reuters
Un bar à Bagdad

Le Parlement irakien a voté samedi 22 octobre une loi interdisant la vente, l'importation et la production d'alcool, une décision inattendue qui risque de mettre en colère certaines minorités du pays mais qui ravira d'influents partis religieux.

«Une loi est passée aujourd'hui [22 octobre] et l'article 14 interdit l'importation, la production et la vente de tous types d'alcool», a déclaré à l'AFP Yonnada Kanam, député chrétien.

«Toute violation sera punie d'une amende de 10 à 25 millions de dinars (7 300 à 18 000 euros)», a-t-il précisé en indiquant qu'il contesterait ce texte devant la Cour fédérale.

Selon un député et un responsable du Parlement irakien, l'interdiction a été introduite à la dernière minute et de manière surprenante dans un projet de loi sur les municipalités.

Lire aussi : Primaires : à droite comme à gauche, les candidats s'emparent du débat sur le cannabis

Les partisans de l'interdiction ont affirmé que celle-ci était justifiée par la Constitution, qui proscrit, selon eux, toute loi en contradiction avec les préceptes de l'islam.

Mais pour certains opposants, cette nouvelle loi viole la même Constitution qui garantit les traditions de toutes les minorités du pays.

Lire aussi : Lutte contre les drogues à la tchéchène : «Tirez sur les toxicomanes, et fini les problèmes»

L'Irak, pays majoritairement musulman, compte plusieurs compagnies produisant de l'alcool, comme Farida pour la bière et Asriya pour l'arak, un alcool anisé. La consommation d'alcool est assez répandue notamment dans la capitale Bagdad qui compte des petites boutiques spécialisées.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage