Insolite : les ailes du pigeon «djihadiste» ont été clipsées afin de l’empêcher de s'envoler

Une réplique d'un pigeon-espion de la Première Guerre mondiale (International Spy Museum, Washington) Source: AFP
Une réplique d'un pigeon-espion de la Première Guerre mondiale (International Spy Museum, Washington)

Accusé d'être un espion pakistanais, un oiseau arrêté et placé en détention, a été immobilisé par les forces indiennes de sécurité. L'Inde prend très au sérieux ce prisonnier atypique, coupable d'avoir transmis le message d'un groupe islamiste.

Attrapé et «arrêté» le 2 octobre par les forces indiennes de sécurité, le pigeon transportait une lettre de menaces en ourdou adressée au Premier ministre indien Narendra Modi et signée par le groupe djihadiste Lashkar-e-Taiba. Le message indiquait : «Modi, nous ne sommes plus les mêmes personnes qu'en 1971. Maintenant chaque enfant est prêt à combattre l'Inde.»

Cet événement est intervenu dans un contexte particulièrement tendu entre l'Inde et le Pakistan au sujet de la région disputée du Cachemire. La base militaire indienne d'Uri, proche de la frontière pakistanaise, a été attaquée le 19 septembre par des combattants armés dans un raid qui a fait 18 morts parmi les soldats de l'armée indienne.

Si l'immobilisation du volatile est critiquée par les défenseurs des animaux, la menace est en revanche prise très au sérieux par les autorités indiennes. L'organisation terroriste Lashkar-e-Taiba est en effet connue dans le sous-continent indien pour avoir perpétré les attentats sanglants de Bombay en 2009.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales