Législatives russes : le parti au pouvoir «Russie unie» arrive en tête selon les premiers résultats

Source: Sputnik

Alors que les Russes se sont rendus aux urnes pour renouveler les 450 sièges de la Douma, la chambre basse du parlement fédéral, ainsi que certains parlements régionaux et élire leurs gouverneurs, les premiers résultats tombent.

  • Ramzan Kadyrov, chef de la République de Tchétchénie, a effectué un petit pas de danse à la sortie du bureau de vote.

  • Le ministre russe de l'Intérieur a confirmé qu'un bourrage d'urne constaté dans la ville de Rostov a été rapporté par une vidéo postée sur Youtube. Outre les images, l'incident a été documenté par des enregistrements audio, selon le porte-parole du ministre, ajoutant qu'une enquête a été ouverte.

  • Le décompte des voix venant à peine de commencer, les experts laissent entendre que des surprises sont possibles, étant donné le faible taux de participation.

    Alors que la participation était en hausse en Allemagne en cette journée d'élections en Allemagne, elle est en baisse en Russie.

  • La Russie a fourni un effort «extraordinaire» pour rendre ces élections transparentes, a déclaré à RT Gilbert Doctorow, du Comité américain pour une entente Est-Ouest.

    Il a aussi été impressionné par la présence sur les bulletins de vote de détails concernant «la fortune personnelle des candidats».

    «Cela ne veut pas dire que ces élections n'ont obtenu que des bonnes notes», a-t-il cependant ajouté, en évoquant le temps d'antenne attribué à chacun des partis durant la campagne, qui devra être soumis à examen.

  • A l’annonce des premiers résultats, qui donnent le parti au pouvoir Russie unie largement en tête, le président Vladimir Poutine a réagi.

    «Nous pouvons dire avec certitude que le parti a gagné», a-t-il déclaré depuis les quartiers généraux de Russie unie, où il se trouvait en compagnie du Premier ministre Dmitri Medvedev.

    S’exprimant sur le ralentissement économique qui touche le pays, Vladimir Poutine a indiqué : «La situation n’est pas facile, les gens ressentent cela et ils veulent et espèrent que la situation politique soit stable.»

  • Alors que les bureaux de vote ont fermé leurs portes, un sondage réalisé à la sortie des urnes par l'institut VTsIOM indique que le parti au pouvoir Russie unie, dirigé par Dmitry Medvedev remporterait les élections législatives avec 44,5% des voix.

    Le parti nationaliste LDPR arriverait en seconde place avec 15,3% des votes, talonné par le parti communiste, qui en récolterait 14,9%. 

    Le parti Russie juste arriverait quatrième avec 8,1% des suffrages.

    L’opposition libérale n’aurait pas atteint le seuil de 5% nécessaire pour être représenté au parlement, selon les résultats du sondage.

Une moitié de députés sont élus sur des listes de partis, et l’autre moitié dans des circonscriptions uninominales. Ce système mixte est appliqué pour la première fois depuis 2013.

Environ 111,6 millions de Russes ont le droit de voter, dont 1,87 million se trouve à l’étranger. Vers midi à Moscou (11h heure de Paris), le taux de participation était de 23%, soit quasiment le même que lors des législatives de 2011 à la même heure, selon la commission électorale centrale. Les premiers sondages de sortie des urnes sont attendus après la clôture du vote à 21h à Kaliningrad, enclave russe au cœur de l'Union européenne.

A la mi-journée, de nombreux politiciens et responsables russes ont déjà voté. C'est le cas du président russe Vladimir Poutine, qui a voté comme toujours dans le même bureau de vote à Moscou. «Je savais pour qui j’allais voter. Vous êtes sûrement au courant», a-t-il déclaré après avoir déposé son bulletin dans un bureau de vote de Moscou.

En savoir plus : A la veille d’élections en Russie, des radicaux attaquent l’ambassade russe à Kiev (VIDEOS)

La lutte entre «Russie unie» et l’opposition

Le parti au pouvoir Russie unie s’attend à gagner à une majorité encore plus importante qu’aux dernières élections législatives de 2011 (64%). Cela montre que la popularité du président Vladimir Poutine, qui soutient le parti bien qu’il n’en soit pas membre, reste très haute malgré les sanctions contre la Russie et le ralentissement économique.

Cette année, 14 partis prennent part aux élections parlementaires, notamment quatre partis qui ont déjà des sièges au parlement : le parti au pouvoir «Russie unie», le Parti communiste, le «Parti libéral démocrate» et «Russie Juste». Selon les nouvelles règles, plus de partis pourront accéder au parlement après ce vote.

En raison de ses querelles internes, l’opposition libérale n'a pu présenter une liste commune. Elle espère malgré tout gagner une vingtaine de sièges au parlement. Le parti d’opposition de l’ancien Premier ministre de Vladimir Poutine Mikhaïl Kassianov Parnas prend aussi part aux élections.

Lire aussi : Le scandale sexuel qui pourrait détruire la coalition contre Vladimir Poutine

Ces élections sont aussi une épreuve pour le parti «Russie unie», qui s’attend à gagner. Le vote montrera si le soutien des Russes reste à un niveau élevé dans un contexte de sanctions occidentales contre la Russie et de crise économique provoquée par la chute des prix du pétrole et du rouble. 

Premières élections en Crimée

Pour la première fois, des élections nationales se déroulent en Crimée, après son rattachement à la Russie en 2014. Le gouvernement ukrainien est contre le fait que les habitants de la péninsule prennent part aux élections et a même menacé d’empêcher les Russes d’aller voter pour ainsi protester contre la situation.

Des troubles en Ukraine

Le scrutin dans la capitale ukrainienne a été perturbé par un groupe de gens essayant de bloquer l’entrée de l’ambassade de Russie où les ressortissants russes se rendaient pour voter. Des affrontements se sont produits malgré la présence de la police. Un député ukrainien du parti nationaliste Svoboda (Liberté) a été impliqué dans l’incident.

Le même groupe aurait été responsable d’une altercation avec un citoyen russe qui souhaitait aller voter à l’ambassade. Un nationaliste a été arrêté après cette bagarre.

Dans la ville ukrainienne d’Odessa, un groupe de nationalistes a affronté la police qui essayait de les empêcher d’en découdre avec des Russes qui allaient voter.  

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales